Côte d'Ivoire : Kandia Camara et les instituteurs, de la sauvagerie au dialogue

Les rapports entre la Ministre Kandia Camara et les instituteurs sont passés de la sauvagerie (grève et riposte sauvages) au dialogue, et donc à la raison saine comme il convient aux hommes de faire dans un Etat moderne et civilisé.

Plus de sauvagerie entre Kandia Camara et les instituteurs

Vu l'allure que prenait l'affrontement entre Kandia Camara et les instituteurs, l'éducation nationale se muait petit à petit en éducation sauvage. Heureusement que le réflexe humain a pris le dessus pour imposer aux autorités gouvernementales d'aller au dialogue avec les enseignants du primaire.

A son cabinet, la Ministre Kandia Camara a reçu l'ensemble des syndicats du primaire non content du cadre d'application de la mesure qui impose les cours de mercredi. Le Mouvement des Instituteurs pour la Défense de leurs Droits (MIDD) représenté par le tenace Mesmer Komoé, était aussi à la table de négociation avec le gouvernement.

Comme par enchantement, la rencontre a eu lieu un mercredi où sûrement il n'y a pas eu cours dans la majeure partie des établissements primaires du pays. Des échanges houleux ont eu lieu entre les instituteurs et leur tutelle sur l’ « augmentation du quantum horaire » qui oppose les deux parties. La Ministre à ce sujet répond ceci :« Je marque mon accord pour créer un cadre de discussion en vue de recevoir vos propositions... les propositions les plus pertinentes seront prises en compte », s'est montrée ouverte Mme la Ministre.

En revanche, Mesmin Comoé, Secrétaire General du MIDD, aurait à son tour rappelé que son syndicat « n'est pas hostile aux cours du mercredi ». Cependant, ses camarades et lui sont hostiles au cadre de la mise en œuvre de ladite mesure. Les différents syndicats après avoir pris décision d'aller consulter leurs bases en vue de les informer de la rencontre avec la tutelle, profiteront pour désigner leurs représentants au sein de ce cadre d'échanges.

Pour avoir mis sous l'éteignoir la sauvagerie au profit de la raison traduite ici par le dialogue, cette première rencontre est à saluer surtout parce que les uns et les autres se sont montrés on ne peut plus civilisés. Éduquer les enfants, c'est leur dire des choses saines...