Côte d'Ivoire : Référendum, quand Ouattara choisit son score avant le scrutin

Par Gary SLM
Publié le 24 octobre 2016 à 13:31 | mis à jour le 24 octobre 2016 à 13:31

La campagne référendaire a été officiellement lancée ce samedi 22 octobre en Côte d'Ivoire. Aussi, Alassane Ouattara et son allié Henri Konan Bédié ont demandé à leurs partisans de voter massivement pour le « oui ». En outre, le président ivoirien a d'ores et déjà fixé le score à réaliser, bien avant la tenue du scrutin.

Alassane Ouattara fixe un score de 96%

La rentrée de la Côte d'Ivoire dans une 3e République continue d'alimenter les passions au bord de la lagune Ébrié. Dès l'ouverture officielle de la campagne ce samedi, les parties antagonistes se sont lancées à l'assaut de leurs partisans. Ainsi, le Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratique et la paix (RHDP) s'est choisi le stade Félix Houphouët-Boigny pour battre sa campagne. En effet, Alassane Ouattara qui est l'initiateur de cette nouvelle Constitution veut un « oui » écrasant. Pour ce faire, le président ivoirien a lancé, dans un stade clairsemé, cet appel : « Je vous demande de nous faire confiance, sortez massivement le 30 octobre. C’est important pour chacun des Ivoiriens d'aller voter. Le Président Bédié et moi sommes des hommes de parole. Cette constitution est bonne pour la Côte d'Ivoire, pour nos jeunes et nos femmes. Je vous demande de voter massivement oui. » Puis, il ajoute : « Votez à 96%. »

Bien entendu, une Constitution est l'émanation et l'aspiration profonde du peuple souverain dans toute démocratie. Ainsi, pour son adoption, une forte adhésion populaire est nécessaire afin de recueillir un large pourcentage à défaut de l'unanimité. Mais dans le contexte ivoirien, les choses semblent se passer comme si les gouvernants entendaient faire du forcing. Alors que le « Front du refus », une coalition de l'opposition, appelle au retrait pur et simple de ce texte constitutionnel qu'il juge inopportun en l'état actuel des choses, le régime Ouattara veut vaille que vaille doter le pays d'une loi fondamental qu'il estime être débarrassé de « tous les articles confligènes ».

Le score choisi par Ouattara obéit-il à la réalité du terrain ?

Le score de 96% visé par Ouattara pourrait-il être atteint dans la mesure où l'opposition appelle au boycott ? Les deux meetings tenus par les partisans du « oui » n'ont nullement drainé un monde qui laisse entrevoir une adhésion populaire. D'où sort-il donc que le RHDP veuille faire une razzia là où le peuple semble totalement indifférent ? Ou bien les gouvernants comptent-ils sur un coup de pouce d'une Commission électorale indépendante (CEI) monocolore pour donner l'impression d'une forte adhésion ?


Le taux de participation reste également un enjeu majeur de ce scrutin référendaire. La population fera-t-elle un déplacement massif aux urnes pour dire si « oui » ou « non » elle voudrait rentrer dans une nouvelle République ? Quoi qu'il en soit, il reste environ une semaine pour atteindre le 30 octobre, jour du scrutin. Les parties ont encore du temps pour trouver un minimum de consensus afin d'éviter à la Côte d'Ivoire une autre crise.