Côte d'Ivoire : taux de participation au référendum entre 6 et 7% selon Affi N'guessan

Par Gary SLM
Publié le 31 October 2016 à 15:20 | mis à jour le 31 October 2016 à 15:20

Absent du boycott actif mené par le Front du Refus et la Coalition du Non, Affi N'guessan resurgit pour cette fois annoncer le taux de participation au vote référendaire qui serait, selon l'homme, entre 6 et 7%. Si ces chiffres sont avérés, le vote aura été en effet une véritable débâcle du régime Ouattara.

Affi N'guessan situe le taux de participation au référendum

Sans d'autres formes de procès, Pascal Affi N'guessan, porte-parole de l'Alliance des Forces Démocratiques (AFD), a fait la déclaration suivante : « Le référendum était un désert électoral », une « désaffection vis-à-vis de ce référendum », un grand « désaveu » et un « rejet de cette constitution impopulaire »; « Ouattara a été désavoué », pouvait-il s'évertuer à agencer comme termes pour décrire le déroulement du vote pour lequel le gouvernement de Ouattara a fait tant de tapage médiatique.

Face à ce que Affi N'guessan qualifie de déconvenue qui, selon ses observations statistiques et celles de la CIA aux Etats-Unis donnent entre 6 et 7% le taux de participation, l'ex-Premier Ministre du Président Laurent Gbagbo entend prendre ses responsabilités : « Nous allons prendre position par rapport à la réponse qu’il (Alassane Ouattara) voudra donner », a t-il dit pour finir.

Selon les concordances de vues synoptiques dans la majorité de la presse ivoirienne et internationale, le taux de participation à ce référendum ne saurait excéder la barre des 10%, tant les villes ivoiriennes et la grande métropole Abidjan ont tenu le vote en respect entre abstention criarde, saccage des urnes avec l'aval des forces de l'ordre présentes et timidité de vote en d'autres endroits. Même le pays baoulé acquis à la cause du président du PDCI, Henri Konan Bédié, a murmuré le référendum en s'abstenant massivement de voter.

Au regard de cela, Affi appelle Alassane Ouattara à démissionner ou à retirer son projet : « Soit il change (de politique) soit il se démet », conseille t-il. Considérant les violations constantes du régime d'Abidjan de la Constitution de 2000 faite dans les règles de l'art par les Ivoiriens, qui en revanche va s'évertuer à respecter ce texte de Ouattara qui s'est élaborée sans l'aval des mêmes Ivoiriens? Quelle honte pour l'Afrique !




Afficher les commentaires
Articles les plus lus