Rwanda - France : Génocide, des officiers supérieurs français impliqués ?

Une commission rwandaise vient de publier un rapport d'enquête qui dénonce la responsabilité de la France au Rwanda. Dans ce rapport, la CNLG pointe du doigt 22 officiers supérieurs français comme instigateurs du génocide rwandais.

Une commission pointe 22 officiers supérieurs français du doigt

La tragédie du génocide rwandais continue de fragiliser les relations entre la France et le Rwanda. En effet, le rapport publié par la Commission nationale de lutte contre le génocide (CNLG) est formel : « Des hauts gradés français et des personnalités politiques ont commis au Rwanda des crimes très graves. » À en croire ce rapport, il y a eu de « la manipulation dans le dossier de l’avion d’Habyarimana ». Et les auteurs du rapport de révéler que cela relève d'une « occultation des responsabilités françaises dans le génocide ». Avant de poursuivre : « Des acteurs français ont été impliqués dans le génocide en tant qu’auteurs et complices. » Au nombre de ces 22 officiers supérieurs français incriminés, il y a le général Jacques Lanxade, ancien chef d’État-major de l’armée française et le général Jean-Claude Lafourcade, qui commandait l'opération Turquoise.

Aussi, Johnston Busingye, ministre rwandais de la Justice, insiste sur l'indépendance de la CNLG : « Ce n’est pas une enquête des autorités du Rwanda. » Puis, il ajoute que la liste publiée pourrait être « d’un grand intérêt pour les organismes d’enquête et de poursuite nationales, et pour le public français et rwandais ». Et pourtant, la coïncidence des évènements, aussi bien à Kigali qu'à Paris en dit long. Du berger à la bergère, dirait-on. Car la justice française avait préalablement décidé de la réouverture de l'enquête sur l'attentat contre l'avion de Juvenal Habyarimana. Et Faustin Kayumba Nyamwasa, ancien chef d'état-major rwandais qui accuse directement Paul Kagamé d'avoir ordonné d'abattre l'avion, sera entendu.

Notons que l'attentat contre l'avion d'Habyarimana, le 6 avril 1994, est l'élément déclencheur du génocide rwandais. Ce drame a fait environ 800.000 morts parmi la minorité tutsi en l'espace de trois mois. Toutefois, le pays des mille collines tente, tant bien que mal, de se relever de cette tragédie qui continue de le hanter.