Sénégal : Du pétrole et du gaz à profusion, et après ?

Par Gary SLM
Publié le 24 novembre 2016 à 11:08 | mis à jour le 24 novembre 2016 à 11:08

D'importants gisements de pétrole et de gaz ont été découverts au large du Sénégal. Mais ces réserves se trouvant à cheval sur plusieurs pays, ces derniers ont décidé d'harmoniser la gestion de ces ressources.

Le pétrole et le gaz, une gestion problématique des réserves ?

Les récentes découvertes réalisées par la société Kosmos Energy font état d'une source presqu'intarissable de pétrole et de gaz. Estimé à 450 milliards de m3, ce scandale pétrolier et gazier longe toute la côte sénégalaise ainsi que celle mauritanienne avant de s'étendre à des pays tel que la Gambie, La Guinée et la Guinée Bissau. Aussi, pour éviter tout différend dans l'exploitation de ces ressources, les États concernés ont décidé de se concerter. À cet effet, ces 5 pays du bassin sédimentaire MSGBC se sont retrouvés lors d'un sommet au cours duquel ils se sont accordés sur la nécessaire harmonisation dans la gestion de ces ressources.

C'est une lapalissade de dire que la gestion des énergies fossiles est généralement source de conflits. Qui ne se souvient pas de la sécession biafraise des années 70 et des agissements actuels des Vengeurs du Delta du Niger (NDA) au Nigeria ? La Côte d'Ivoire et le Ghana ont également évité de justesse un conflit frontalier dû aux ressources pétrolières. Ainsi, la rencontre des représentants de ces États permettrait assurément d'éviter des conflits fâcheux. De même, en interne, les autorités sénégalaises s'activent à inclure le social et le développement communautaire dans leur mode de gestion. Même si Aliou Sall, le frère du président Macky Sall a été cité dans un scandale lié à ces hydrocarbures.


Notons que ces réserves constituent les plus importantes de la sous-région ouest-africaine. La société américaine Kosmos poursuit toujours les explorations afin d'étendre sa capacité de production. Celles déjà découvertes rentrent en production dès 2020. Le Plan Sénégal émergent (PSE) à l'horizon 2035 pourrait ainsi avoir les ressources pour sa réalisation.




Articles les plus lus