Niger : Mahamadou Issoufou barre le passage aux migrants, l'UE le félicite

Par Gary SLM
Publié le 16 décembre 2016 à 16:37 | mis à jour le 16 décembre 2016 à 16:37

Le flux migratoire vers l'Europe via le Niger a connu une forte baisse depuis ces derniers temps. Mahamadou Issoufou, le maître artificier de cette réduction a reçu le satisfécit de l'UE, ce jeudi 15 décembre.

Mahamadou Issoufou en guerre contre les migrants

La multitude de migrants africains qui meurent dans la Méditerranée, aux portes de l'Europe, ne cesse d'émouvoir à l'échelle planétaire. Ainsi, les efforts sont consentis de part et d'autre afin de réduire cette ruée vers le vieux continent. En effet, le Niger, voie de transit par excellence, est constamment emprunté par les candidats à ce périple migratoire. Mais Mahamadou Issoufou vient de couper la voie à toutes ses populations ouest-africaines qui prennent d'assaut ce pays sahélien.

À en croire Sarah Abbas, directrice du bureau francais de l'Organisation internationale pour les migrations : « Le premier pas important a été réalisé par le gouvernement du Niger avec l'adoption d'une loi spécifique pour lutter contre le trafic de migrants. » En vertu de cette loi, 102 passeurs ont été mis aux arrêts, 95 véhicules de migrants saisis et 9 gendarmes arrêtés. La ville d'Agadez, principale voie de migration, est désormais surveillée par les autorités sécuritaires. Cette lutte acharnée a donc permis une réduction drastique du nombre de migrants. De 70.000 personnes environ en mai 2016, ce nombre est passé à 1.500 en novembre 2017 (98% de moins).


C'est à juste titre que le président nigérien a été félicité, ce jeudi, par l'Union européenne pour ses efforts. Cet exemple est appelé à être suivi par les pays africains, tels le Maroc, l'Algérie, la Tunisie et la Libye qui sont de véritables zones de transit pour ces aventuriers. Toutefois, certains observateurs appellent les Européens et Africains à conjuguer leurs efforts afin de créer les conditions d'un mieux-être en Afrique. Sinon, tant que les mêmes causes vont demeurer, les effets ne sauraient changer.