Côte d'Ivoire : le crime de lèse-majesté d'Olivier Akoto, être élu député de Daoukro

Par Gary SLM
Publié le 02 janvier 2017 à 13:39 | mis à jour le 02 janvier 2017 à 13:39

Candidat indépendant, Olivier Akoto a osé être élu député à Daoukro devant Niamien N'goran, le candidat du RHDP. Cette victoire à la Pyrrhus serait certainement lourde à porter par celui qui avait pourtant incarné le courage politique ivoirien.

La génuflexion d'Olivier Akoto devant Bédié qui secoue la toile

Le hashtag #AkotoChallenge lancé sur les réseaux sociaux dépeint parfaitement l'exaspération de bon nombres d'Ivoiriens sur le comportement d'un député. En effet, après avoir bravé menaces, sanctions et autres intimidations de la part de sa famille politique, Olivier Akoto s'est présenté en Candidat indépendant avec pour principal adversaire Niamien N'goran, Inspecteur général d'Etat, cadre du PDCI, neveu de Bédié, dont la candidature a été parrainée par le RHDP, coalition au pouvoir. Mais contre toute attente, c'est le candidat Akoto qui a eu la faveur des suffrages exprimés pendant ces élections législatives.

Alors que cette victoire tendait à devenir un véritable symbole pour les esprits libérés du joug politicien, que patatras ! Le 29 décembre dernier, le nouveau député de la ville natale d'Henri Konan Bédié a eu une audience avec l'ex-président. Le motif de cette rencontre était que l'élu du peuple venait demander pardon au président de son parti pour n'avoir pas respecté les consignes. Aussi, dans une génuflexion, le député Akoto a-t-il demandé pardon au président Bédié pour le réhabiliter à tous égards. Si cette démarche a produit l'effet escompté auprès de Bédié, elle a cependant créé une vague d'indignations sur les réseaux sociaux.

Les internautes ivoiriens se sont donc lancés dans une imitation grossière dudit geste pour marquer leur totale désapprobation. Pour plusieurs d'entre eux, le député vient de rompre le pacte de confiance pour lequel il avait été élu. Une bonne partie de ses électeurs ne cessent de crier à la trahison et au mépris. Même si d'autres parmi eux semblent trouver des explications à l'attitude de leur champion à travers ses nom et prénom. Pour eux, « Akoto » représente chez les Akans (tribu ivoirienne), un valet du roi, et « Olivier », le symbole de la paix. Ceci pourrait donc expliquer cela.


Notons également que ces législatives ont été invalidées par le Conseil constitutionnel dans les circonscriptions de Divo et de Kouibly. Des partielles y seront bientôt organisées par la Commission électorale indépendante (CEI).