Chine : les BRICS, une alternative sure aux Institutions de Bretton Woods ?

Les BRICS sont conscients du poids économique qu'ils représentent à l'échelle planétaire. Aussi, le président chinois Xi Jinping a appelé, dimanche, les pays membres du groupe des BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) à approfondir leur partenariat pour un avenir meilleur.

BRICS, approfondir le partenariat pour un bien-être collectif

Le jour de l'an a été l'occasion pour Xi Jinping de rédynamiser le groupement économique dont la Chine est l'un des grands leaders. En effet, le président chinois a adressé une lettre à ses homologues russe Vladimir Poutine, sud-africain Jacob Zuma, brésilien Michel Temer et au Premier ministre indien Narendra Modi pour leur lancer cet appel de mobilisation. Car la Chine exercera, en 2017, la présidence tournante des BRICS. Elle abritera en septembre, le 9e sommet des dirigeants de ce groupe à Xiamen, une ville côtière de la province du Fujian (sud-est).

Dans ce courrier, M. Xi leur donne un aperçu de ce que la Chine compte faire pendant sa présidence pour promouvoir la coopération au sein des BRICS.

Au cours de la dernière décennie, les pays membres ont conjugué leurs efforts pour parvenir à des résultats fructueux dans des domaines tels que la politique, l'économie et les échanges entre peuples, a-t-il rappelé.

En dépit de quelques difficultés rencontrées, les BRICS ont fait de grands progrès lors des précédents sommets. Ce qui a permis d'insuffler une dynamique nouvelle à leur coopération, ainsi que se félicite le président de l'Empire du Milieu. « La coopération au sein des BRICS, un modèle pour les marchés émergents et les pays en développement, a eu des retombées pour les peuples des pays des BRICS. Elle a apporté une contribution majeure au renforcement de la croissance économique mondiale, améliorant la gouvernance globale et promouvant la démocratisation des relations internationales », a-t-il noté.

Dix ans après, les BRICS face aux nouveaux défis internationaux

La crise économique internationale est en train d'avoir de l'impact négatif sur les économies de plusieurs pays. Les différents taux de croissance sont désormais à leur bas niveau à quelques exceptions près. Ainsi, les institutions de Bretton Woods (FMI, Banque mondiale...) qui constituaient des remparts surs à la banqueroute semblent de plus en plus englouties par la conjoncture généralisée. Aussi, les BRICS se sont inspirés de cette déconvenue pour mieux s'armer à affronter les probables difficultés. Expérience qui a somme toute été conduite durant les dix premières années de cette organisation.

De même, au cours de la deuxième décennie qui va s'ouvrir à partir de 2017, les BRICS entendent faire davantage de progrès en matière de coopération et jouer un rôle plus important dans les affaires internationales. Face à l'instabilité et aux incertitudes croissantes sur la scène internationale, les pays membres des BRICS doivent renforcer leur solidarité et leur coopération et préserver leurs intérêts communs.

M. Xi a également indiqué que le sommet de Xiamen devait se concentrer sur quatre aspects, à savoir : approfondir la coopération pratique en faveur d'un développement commun, renforcer la gouvernance globale pour affronter les défis communs, mettre en oeuvre les échanges entre peuples pour consolider le soutien du public à cette coopération et promouvoir l'édification de ce mécanisme en vue d'établir un partenariat plus large. Voilà pourquoi le président chinois tente de rassurer ses pairs des États membres : « Conformément à l'esprit ouvert, inclusif et gagnant-gagnant des BRICS, la Chine oeuvrera avec les autres membres pour faire du sommet de Xiamen un succès et élever la coopération au sein des BRICS à un nouveau niveau. »

Notons que le groupe des BRICS a été créé en 2006. Son premier sommet a eu lieu en 2009 à Ekaterinbourg en Russie. L'Afrique du Sud l'a rejoint en 2010, ajoutant le "S" de South Africa à l'acronyme d'origine.