LG Infos du groupe Olympe vient de remporter une précieuse victoire dans son bras de fer avec le CNP. Suspendu pour 14 parutions, cet organe de presse proche de l’opposition a intenté un recours gracieux fructueux devant l’organe régulateur.

Quand LG Infos ramène le CNP à sa copie

Le Conseil national de la presse (CNP) a la main un peu trop lourde envers la presse de l’opposition. En effet, l’organe de régulation de la presse ivoirienne n’hésite nullement pas à sanctionner les journaux proches de l’opposition toutes les fois qu’il juge un article quelque peu tendancieux ou contraire à la réalité des faits. Ainsi, LG Infos a fait l’objet d’une suspension, depuis le 5 janvier dernier, pour 14 parutions. Le grief du régulateur réside dans la publication « des photographies de personnalités présentées comme des prisonniers politiques. »

Il s’agit entre autres de Simone Gbagbo, de Moïse Lida Kouassi, d’Hubert Houlaye ou encore Koua Justin, proches de Gbagbo. Alors que pour Raphaël Lakpé, président du CNP : « Présenter  ces personnalités comme arbitrairement détenues constitue une fausse information dès lors que ne pourraient être désignées comme telles, que les personnes non encore jugées. »

Mais se refusant à une telle appréciation, l’organe de presse a aussitôt intenté un recours gracieux devant le CNP.  Il s’agit en fait d’une demande de réexamen du dossier par l’autorité administrative qui l’a prise, en l’occurrence le CNP. Après examen, le conseil « a déclaré le recours gracieux recevable parce que respectueux des formes et délais légaux. » Aussi, la sanction contre cet organe de presse a été levée à juste titre.

Notons que LG Infos et plusieurs autres journaux font constamment l’objet de suspension par le CNP depuis un certain temps. Ces suspensions répétées sont vues par certains observateurs comme une manière pour le régime Ouattara de museler l’opposition. Ainsi, le succès de cette démarche administrative pourrait faire bouger quelque peu les lignes.