Côte d'Ivoire : l'ONUCI à la barre de ses victimes (crise postélectorale 2010-2011)

Par Gary SLM
Publié le 17 janvier 2017 à 16:43 | mis à jour le 17 janvier 2017 à 16:43

L'Opération des Nations-Unis en Côte d'Ivoire (ONUCI) est en ce moment rattrapée par ses meurtres et ses dégâts perpétrés lors de la crise postélectorale de2010-2011 en Côte d'Ivoire. Un Collectif vient d'adresser une note publique à l'ONUCI pour réclamer droits et réparations.

Crise postélectorale 2010-2011, l'ONUCI relancée par ses victimes

" Le collectif des victimes de l’ONUCI vous informe que pendant la crise post–électoral de 2010-2011 ayant à leur tête MEHI JACQUES ELIE et MAHI RABE MARCELIN ,principales victimes de L’ONUCI ,portons à votre connaissance et à celle de la communauté nationale qu’internationale ceci :

Dans la journée du mercredi 29 Décembre 2010 entre 10h et 12h,des soldats de L’ONUCI sont entrés dans la commune d’Abobo ou nous résidions ; En partance pour PK18 route d’Anyama surpris de voir la foule massée aux abords de la voie se sont mis a tirés en l’air sans arrêt ce qui a causé la panique dans le peuple et a poussé les gens à se sauver dans les quartiers.

A leur retour de PK18 ce fut la même chose, cette fois les soldats de la 3e picope puisqu’il ya en avait 3, animés de, nous ne savons de quel esprit se sont mis à tiré a bout portant sur la foule, c’est dans le feu de cette action que nous avons été atteint MAHI RABE MARCELIN et moi MEHI JACQUES ELIE chacun à un niveau précis de son organisme. Apres un mois et demi passer a L’hôpital militaire d’Abidjan (HMA) Dieu merci nous avons suivis des soins intensifs mais aujourd’hui nous portons encore les séquelles de nos blessures sans compté les douleurs régulières quelles nous causent jusqu'à présent.

Votre excellence, nous vous informons que sous le régime de l’ex. président Laurent Gbagbo nous avons porté plainte contre L’ONUCI pour réparation du dommage causé sur nos personnes, mais rien n’a pu se faire à cause de l’intensité des combats entre les militaires à Abidjan ; aujourd’hui encore sous votre règne nous allons réitéré notre plainte pour montrer à la face de la nation et de la communauté internationale que notre cause n’ a rien à voir avec votre politique ni avec celle de l’ex. Président Laurent Gbagbo ; montrer à la face du monde que notre cause n’est pas partisane. En tant que civils et citoyens lambda ivoiriens victimes des balles de la force onusienne en côte d’ivoire, notre but c’est de trouver une oreille attentive à nos douleurs et faire valoir nos droits.

Votre excellence monsieur ALASSANE OUATTARA président de la cote d’ivoire, chef suprême des armées, garant des institutions, principal représentant du peuple ivoirien, défenseur des droits de son peuple, protecteur des biens et des personnes vivants en côte d’ivoire ; vous sachant homme de parole, connaissant tous les efforts de réconciliation, de paix et de pardon mutuel, soucieux de l’application de la justice et ennemi de l’impunité nous comptons sur votre soutien à tous les niveaux pour que nous obtenions satisfaction et que nous soyons soulager enfin de nos douleurs qui ne font que perduré.


Nous joindrons la liste des 30 autres victimes touchés à Abobo, au plateau et à Biétry pendant cette crise militaro-politique de 2010-2011."



Facebook
Twitter
email
Whatsapp