Gambie : Yahya Jammeh est arrivé en Guinée Equatoriale, son lieu d’exil

Yahya Jammeh a quitté la présidence de la Gambie et ce pays par la même occasion pour la Guinée Equatoriable, avec une escale en Guinée Conakry. Celui qui a dirigé ce petit pays encastré dans le Sénégal ne deviendra pas cultivateur. Il ne vivra pas sa retraite sur les terres de ses ancêtres comme il l’avait envisagé mais en Guinée Equatoriale, chez le président Teodoro Obiang N'guema Mbasogo.

Yahya Jammeh est en Guinée Equatoriale, Adama Barrow président de la Gambie

Le samedi 21 janvier, Yahya Jammeh a quitté le pouvoir à la tête de la Gambie. Le président Alpha Condé de la Guinée est venu en personne chercher Jammeh avec son jet privé. L'avion s'est posé sur le tarmac de l'aéroport de Conakry, où un autre avion affrété par le président équato-guinéen est venu le chercher pour sa destination finale. Pour ce dernier voyage officiel de celui qui a porté de main de fer la Gambie 22 ans durant, la garde républicaine a chanté l’hymne nationalGambienne.

Plusieurs proches du président sortant étaient effondrés sur le tarmac de l’aéroport à son départ. Des militaires, des membres de son gouvernement et plusieurs officiers du pays qui lui sont restés fidèles étaient présents pour lui dire au revoir.

Après avoir perdu les élections dans son pays, Yahya Jammeh avait dignement reconnu sa défaite. Il avait même téléphoné à Adama Barrow, son successeur à la tête du pays, pour le féliciter. Seulement, ce dernier avait dérapé quelques jours plus tard en affirmant que le président sortant répondrait d’accusations de crimes contre l’humanité devant la CPI.

Farouchement opposé aux transferts de dirigeants africains devant cette cour qu’il considère comme un moyen de domination des Occidentaux, Yahya Jammeh s’est rétracté en contestant les élections présidentielles, reprochant au passage à la commission électorale d'avoir fait preuve de partialité dans l'organisation des élections (cette commission avait effectivement reconnu des erreurs dans la compilation des suffrages). Toutefois, la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO) a refusé de cautionner ce coup de force. Elle était sur le point d’engager l’option militaire pour le dégager quand le « dictateur du développement », comme il se faisait appeler, a abdiqué. Après plusieurs semaines de négociation, il a enfin accepté de quitter le pouvoir.

L'avion qui transportait les deux présidents s'est posé à Conakry quelques heures après son décollage de la Gambie. Et Jammeh a continué seul son trajet vers sa destination finale, la Guinée Equatoriale. Le chapitre de l'élection présidentielle dans ce pays est donc théoriquement tourné puisque plusieurs gradés de l'armée restés fidèles à l'ancien président auraient fait allégeance au nouveau. Néanmoins, les opposants équato-guinéens contestent déjà la présence de l'ex-président gambien sur leur sol. Ils estime que le président N'guema Mbasogo n'a associé personne à cette décision.