Maroc : Rabat réintégré à l'UA, le coup diplomatique du roi Mohammed VI

Par Gary SLM
Publié le 31 janvier 2017 à 10:32 | mis à jour le 31 janvier 2017 à 10:32

Le 28e sommet de l'UA tenu à Addis-Abeba a consacré la réintégration du royaume chérifien au sein de l'organisation panafricaine. Cette adhésion qui intervient 33 ans après le retrait du Maroc a été orchestrée par le roi Mohammed VI himself.

Le roi Mohammed VI ramène le Maroc dans la grande famille africaine

La politique de la chaise vide ne paye pas, a-t-on coutume à le dire. Et le Maroc ne saurait en faire l'exception. C'est fort de cette assertion que les autorités marocaines ont décidé de reprendre leur place au sein de l'Union africaine. En effet, sous la houlette du roi Mohammed VI, plusieurs missions diplomatiques ont été dépêchées auprès des autres États. Ainsi, après un lobbying savamment orchestré, en prélude au 28e sommet de l'UA en Éthiopie, l'adhésion du Maroc a été agréée lors du sommet des chefs d'État, ce lundi 30 janvier, par 39 avis favorables.

Après le retour officiel du royaume chérifien, Ibrahim Abani, secrétaire général de la Communauté des États sahelo-sahariens (Cen-Sad) pouvait s'émerveiller : « La conférence des chefs d’État a tranché. Nous nous félicitons de ce retour qui permettra, avec le Maroc, de continuer encore plus loin pour une Afrique unie, pour une Afrique forte sur la scène internationale. » De même, Mohamed Salem Ould Salek, ministre sahraoui des Affaires étrangères se félicite du retour sans condition du Maroc. Par ailleurs, il se réjouit de ce que « tous les États, y compris les amis du Maroc, ont déclaré qu’ils travailleront pour que la RASD et le Maroc résolvent le problème ».

Notons qu'en novembre 1984, le Maroc avait décidé de se retirer de l'Organisation de l'Unité africaine (OUA) actuelle UA. La pomme de discorde résidait dans l'acceptation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) au sein de l'organisation. Mais depuis, beaucoup d'eau a coulé sous le pont, et le roi Mohammed VI a décidé de reprendre sa place. Ce retour s'annonce comme une nouvelle ère pour l'UA qui compte engager de profondes réformes avec ses 55 membres. Tous les observateurs retiennent donc leur souffle pour voir ce qu'il adviendra dans les jours à venir.