Côte d’Ivoire : Agrobusiness, l’ex-Ministre Daniel Anikpo réclame l’annulation de l’enquête !

L’annulation pure et simple de l’enquête incriminant les dirigeants des entreprises de l’agrobusiness en Côte d’Ivoire, voilà ce que réclame l’ex-ministre Daniel Anikpo, selon APA. Pour lui, lors d’une conférence de presse, la gestion de cette affaire par le gouvernement laisse à désirer. Le gouvernement de Côte d’Ivoire ne peut selon lui être juge et partie dans cette affaire, d’où la nécessité d’ouvrir une enquête avec une équipe neutre.

Daniel Anikpo voit le gouvernement griller des étapes

Les conclusions du gouvernement dans le dossier de l’Agrobusiness sont «précipitées » selon le ministre Daniel Anikpo. Il dénonce une enquête pas convaincante avec des charges pas clairement précisées dans ce qui est reproché aux dirigeants des entreprises du secteur. Il estime peu crédible le rapport du Comité ministériel de veille. Il « est juge et partie d’une part, et maîtrise mal la problématique de l’agrobusiness qui pourrait être l’avenir de demain.», dit-il.

Celui qui a également été Directeur-Adjoint du Crédit de la Banque Nationale pour le Développement agricole - BNDA- Côte d'Ivoire demande au « gouvernement d’arrêter les poursuites avant la fin de la nouvelle enquête qui devra être confiée à l’Assemblée nationale ou au Conseil économique, social, culturel et environnemental.»

Il faut noter qu’un mandat d’arrêt international a été lancé contre les dirigeants de sociétés de l’Agrobusiness en fuite hors du pays. L’État ivoirien a révélé les résultats d’une enquête diligentée par ses services sur les entreprises agrobusiness. Celle-ci dénombre 28 entreprises avec 36 699 souscripteurs. Ce joli monde a investi 66 milliards de FCFA et attend un retour sur investissement estimé à 660 milliards de FCFA.

L’ex-ministre Daniel Anikpo pense que « l’État doit lever le gel des comptes des entreprises d’Agrobusiness, libérer les détenus, faire entrer les Directeurs généraux exilés et arrêter tout paiement aux souscripteurs.» Le gouvernement ivoirien est sur le point de rembourser l'argent investi par les souscripteurs. Il demande à ces derniers d'approcher ses services, notamment les bureaux du trésor public pour paiement des sommes engagées.

Pour les souscripteurs, l'État se mêle d'une affaire qui ne le regarde pas. Ils réclament leur RSI et non pas les seules sommes investies.

Roch Kaboré à Paris ce mercredi pour le G5 Sahel

Roch Kaboré à Paris ce mercredi pour le G5 Sahel

04:44

Dans le cadre d’une réunion pour mobiliser des fonds pour soutenir le G5 Sahel, Roch Kaboré, le […]

03:15
Les enseignants de la CNEC en grève à l'université FHB

Les enseignants de la CNEC en grève à l'université FHB

La Coordination nationale des enseignants-chercheurs (CNEC) de l’université Félix […]

03:14
la FESCI condamne les perturbations de cours dans des établissements

la FESCI condamne les perturbations de cours dans des établissements

La Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (FESCI), le plus grand mouvement […]

17:02
Jean-Pierre Fabre et l’opposition disent non au gouvernement

Jean-Pierre Fabre et l’opposition disent non au gouvernement

Jean-Pierre Fabre, le chef de file de l’opposition ne se rendra pas, ce mardi 12 décembre, à […]

16:48
Nouvelle réunion des chefs d’Etat pour accélerer le financement de la force conjointe

Nouvelle réunion des chefs d’Etat pour accélerer le financement de la force conjointe

Lors du 5e sommet UA-UE qui s’est ouvert à Abidjan les 29 et 31 novembre derniers, les Chefs […]

+