Cameroun: des ressortissants nigérians rapatriés

Par Gary SLM
Publié le 03 mars 2017 à 15:43 | mis à jour le 03 mars 2017 à 15:43

Pour fuir les affres de la secte islamique Boko Haram, des ressortissants nigérians ont accepté d'être librement rapatriés dans leur pays d'origine où ils espèrent retrouver la quiétude. Yaoundé, Abuja ainsi que le Hcr, ont signé ce jeudi à Yaoundé un accord « tripartite » pour leur « rapatriement librement consenti ».

Cameroun: Retour au bercail pour des ressortissants nigérians

Les combats entre l'armée camerounaise et Boko Haram font rage. Pour sauvegarder leur vie et leurs biens, des ressortissants nigérians ont préféré rentrer chez eux grâce à un accord "tripartite" intitulé "rapatriement librement consenti", conclu avec le HCR entre Yaoundé et Abuja.

Les réfugiés nigérians fuient les exactions de la secte terroriste Boko Haram installé en territoire camerounais. L’accord signé à Yaoundé, concerne les 84,325 réfugiés nigérians, qui ont fui les exactions de la secte islamiste Boko Haram, ayant fait allégeance à l’Etat Islamique et qui se fait désormais appeler, « Province de l’Etat islamique en Afrique de l’ouest ».

Ces réfugiés, vivent actuellement dans la région de l’Extrême-nord camerounais. Parmi ceux-ci, 60,895 sont installés dans le camp de Minawao, crée le 2 juillet 2013. Un récent profilage de l’organisation en charge des migrations, a permis d’enregistrer 20 416 autres réfugiés, qui vivent dans les familles d’accueil.

Précisions de taille faite par les autorités camerounaise indique ceci: il ne s’agit ni d’un refoulement, ni d’un rapatriement forcé, «le gouvernement du Cameroun, continuera d’assurer la protection des réfugiés nigérians sur son territoire et ne ménagera aucun effort pour aider ceux qui souhaitent retourner au Nigéria conformément aux accords internationaux », a déclaré René Emmanuel Sadi, le ministre camerounais de l’Administration territoriale et de la Décentralisation.

De plus, le Hcr, estime qu’il existe des milliers d’autres nigérians qui ont fui les violences de Boko Haram, mais en raison de l’insécurité, non pas pu être enregistrés.


Le Nigéria, s’est dit heureux de cet accord, « le Nigéria est heureux de faire partie de cet accord par ce qu’il souligne l’importance de travailler ensemble pour apporter une solution durable à la situation des réfugiés, qui sont nos concitoyens. En tant que gouvernement, nous demeurerons engagés à nous assurer que nous créons une atmosphère propice pour faciliter le retour de nos concitoyens, dans la sécurité et la dignité et cela conformément aux principes de protection internationale », a fait savoir le Lieutenant-général Abdulrahman Bello Dambazu, le ministre nigérian de l’intérieur.



Articles les plus lus
01
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Carmen Sama, la veuve de Dj Arafat, ''débarque'' chez Molaré