Côte d'Ivoire : Dogbo Blé persiste et signe : "C'est la France qui a tué Yves Lambelin et consorts"

Par Gary SLM
Publié le 24 mars 2017 à 10:08 | mis à jour le 24 mars 2017 à 10:08

Le procès en Assises du rapt de Novotel se poursuit, et la version de Brunot Dogbo Blé n'a nullement varié. Pour le principal accusé, les otages français seraient morts après les bombardements des hélicoptères français sur le palais présidentiel ivoirien.

Dogbo Blé pointe du doigt la France et son ambassadeur

La cour d'Assises devant laquelle sont appelés à comparaitre Brunot Dogbo Blé et ses coaccusés réserve d'énormes surprises. Après le coup de tonnerre réalisé par Yoro Tapéko, l'un des prévenus, en s'accusant d'être le principal meurtrier des otages de l'hôtel Novotel, c'est l'ex-commandant de la Garde républicaine qui a enfoncé le clou. Selon Dogbo Blé, c'est la France qui aurait trucidé Yves Lambelin, Stéphane Frantz Di Rippel, Raoul Adeossi et Chelliah Pandian. Ainsi qu'il le déclare : « C’est après les frappes des hélicoptères français que nous avons constaté des morts. J’ai été informé par le colonel Okou Modi au téléphone qu’il y a eu des morts. Nous avons tous constaté ces faits. » Cette version n'a pas évolué d'un iota depuis que l'ex-garde de Laurent Gbagbo se trouve dans le box des accusés.

Il se veut par ailleurs très accusateur dans ces allégations : « Si Yves Lambelin et ses compagnons sont morts, c’est parce que la France et l’ONU voulaient absolument qu’ils meurent. Et de surcroit au palais présidentiel… Ces forces avaient tous les moyens pour empêcher les bandits qui ont opéré au Novotel. » Jean-Marc Simon, l'ambassadeur de France d'alors est également pointé du doigt par l'accusé, estimant que celui-ci connaitrait la vérité.

Le juge Mourlaye Cissoko, qui a dû s'énerver hier après la sortie inopinée de Yoro Tapéko, est maintenant dans l'embarras. Devra-t-il pousser l'interrogatoire du prévenu qui s'auto-incrimine afin de lui arracher davantage d'aveux ? Devra-t-il faire comparaitre le diplomate français Jean-Marc Simon pour l'entendre, du moins en qualité de témoin ? Ou alors voudra-t-il continuer à accabler Brunot Dogbo Blé pour enlèvement, séquestration et assassinat des otages de Novotel ?


Quoi qu'il en soit, aucune hypothèse ne devrait être exclue, si tant est que l'on recherche la vérité. Mais certains observateurs concluent d'ores et déjà à une parodie de justice.