Centrafrique: une attaque des rebelles de l'UPC fait dix morts

Encore des villageois tués en Centrafrique par l'attaque des rebelles de l'Union pour la Paix en Centrafrique (UPC). Les victimes de ces attaques rebelles ont bien souvent été des civils, dont de pauvres villageois sans aucun moyen de défense. Les Casques bleus restent toujours impuissants.

Dix morts chez les villageois en Centrafrique, après l'attaque des rebelles de l'UPC en Centrafrique

Les rebelles de l'UPC sont encore revenus à la charge. Cette fois, face à des Casques bleus impuissants ou jouant certainement le jeu, ce sont dix pauvres villageois qui ont perdu la vie sans que le Gouvernement même ne lève le petit doigt.

Une dizaine de personnes ont été tuées par un groupe armé dans la région de Bambari, dans le Centre -Est de la Centrafrique. Des attaques attribuées à des hommes armés de l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Ndarass, une faction de l'ex-coalition Séléka ont fait 10 morts à Bambari.

L'on avait pourtant annoncé en février dernier, le départ de chef rebelle principalement de cette contrée de Bambari, dont les soldats onusiens avaient à charge d'assurer désormais la sécurité. Comment le deal a-t-il été ficelé pour qu'on en arrive encore à dix morts côté civils?

En tout cas, les autorités locales de Bambari ont supplié les Casques bleus de reprendre les choses en mains, les déployant sur toute la région où l'attaque a eu lieu. Neuf morts ont été recensés ces deux dernières semaines dans le village de Mambissi, et deux autres à Tagbara , selon un responsable local. "Plusieurs autres personnes blessées ont fui les attaques pour gagner Bambari ou se sont réfugiées en brousse".

Ces attaques ont été attribuées par l'Union pour la paix en Centrafrique (UPC) d'Ali Ndarass, mais pour se disculper, une source proche de l'UPC a accusé à son tour un groupe rival, le Front populaire pour la renaissance de la Centrafrique (FPRC) de Noureddine Ada.

L'attaque en question serait donc la conséquence de la guerre entre ces deux factions rebelles, dont les affrontements ont déjà fait une centaine de morts à Bambari.