Côte d'Ivoire : Alerte! Une menace terroriste plane sur le pays !

Par Gary SLM
Publié le 21 mars 2017 à 11:39 | mis à jour le 21 mars 2017 à 11:39

C'est une lapalissade de dire que la Côte d'Ivoire est désormais dans le viseur des terroristes. Au vu de certains indices très évocateurs, les autorités sécuritaires et l'ensemble de la population gagneraient à redoubler de vigilance. Car la menace terroriste pèse sur le pays comme une épée de Damoclès.

La menace terroriste, un autre défi pour les autorités ivoiriennes

Depuis l'attentat terroriste perpétré à la station balnéaire de Grand-Bassam, le 13 mai 2016, les Ivoiriens vivent dans la psychose. En effet, le terroriste Mokhtar Belmokhtar dont le groupe avait revendiqué cette attaque, continue de proférer des menaces. Ainsi, en dépit des efforts fournis par les autorités sécuritaires ivoiriennes, la Côte d'Ivoire ne serait pas sortie de l'ornière. L'assassinat du muezzin de la grande Mosquée de Man (ouest) par des jihadistes est symptomatique d'une réelle menace terroriste.

C'est dans ce contexte (déjà) tendu qu'une note du secrétariat d'État américain est venu jeter le pavé dans la mare. Il ressortirait de cette missive que « les États-Unis ont lancé cette alerte à leurs ressortissants qui vivent à Dakar et à Abidjan: éviter les lieux touristiques et publics ». Cette mise en garde à la diaspora américaine est consécutive à des indices mentionnant des attaques terroristes de grandes ampleurs.

Même si ces informations sont pour l'instant dans l'ordre des rumeurs, il n'en demeure pas moins qu'elles méritent considération. Dans la mesure où les terroristes qui ont mis le Nord-Mali sous leur coupe continuent de sévir au-delà des frontières. Lors d'une interview accordée à un confrère, Jean Jacques Konadjé, expert consultant international en défense et sécurité, a également prévenu : « Lorsque nous analysons les derniers développements des activités des groupes terroristes dans certains pays de l’espace CEDEAO, nous pouvons dire qu’il existe une menace réelle qui pèse sur la Côte d’Ivoire. »

Même si 38 personnes liées aux attentats de Grand-Bassam ont déjà été appréhendées, la vigilance de tous doit être de mise. Car le serpent n'est pas encore mort, autant ne pas jeter le bâton.



Articles les plus lus