Côte d'Ivoire : Simone Gbagbo acquittée à Abidjan. Vers une libération de Laurent Gbagbo à La Haye ?

Par Gary SLM
Publié le 29 mars 2017 à 11:34 | mis à jour le 29 mars 2017 à 11:34

Les faits sont tellement imbriqués que la CPI avait souhaité juger Laurent Gbagbo, Blé Goudé et Simone Gbagbo ensemble. Mais après le transfèrement des deux premiers cités, les autorités ivoiriennes ont préféré juger l'ex-première dame à Abidjan. Elle vient d'être cependant acquittée pour les accusations de crimes de guerre et crimes contre l'humanité. Son époux le sera-t-il également ?

Le cas Simone Gbagbo montre la voie à la CPI

Crimes de guerre, crimes contre l'humanité, telles sont, entre autres, les chefs d'accusation retenues contre Simone Gbagbo et Laurent Gbagbo. En effet, l'ex-président est jugé à La Haye et son épouse par la cour d'Assises d'Abidjan. Ainsi, ces deux procès parallèles étaient particulièrement suivis, tant les acteurs, les faits et les circonstances étaient identiques. À la CPI comme au tribunal d'Abidjan, les témoins se succèdent sans véritablement attester de la culpabilité des mis en cause. D'autres témoins tel que l'ex-milicien Metch Metchro, avaient même témoigné lors des deux procès.

Mais le procès en Assises de Mme Gbagbo était symptomatique d'une mise à l'épreuve de la justice ivoirienne dans le rétablissement de la vérité. Débutées le 31 mai dernier, les audiences étaient émaillées de plusieurs incidents entrainant de multiples suspensions. Les avocats originels ou ceux commis d'office ont tous boycotté ce procès, au motif que le dossier était vide. Mais selon eux, il s'agissait d'une parodie de justice visant à condamner leur cliente vaille que vaille. Le procureur général Aly Yéo avait même requis la prison à vie pour l'ex-première dame. L'avocat de la partie civile, Diomandé Vafoungbé, avait indiqué que l'ex-députée d'Abobo était « plus calife que le calife ». Sauf qu'en fin de compte, le jury a déclaré Simone Ehivet Gbagbo non coupable des faits qui lui sont reprochés.

Ce verdict tombe donc comme un couperet au visage de ceux qui voulaient voir Mme Gbagbo passer le restant de ses jours derrière les barreaux. Même si elle est déjà sous le coup d'une première condamnation de 20 ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l'État. Toutefois, elle est totalement blanchie des faits de crimes de guerre et crimes contre l'humanité.

Chaque procès a certes ses réalités propres. N'empêche que plusieurs observateurs s'accordent à dire que ce verdict pourrait avoir des incidences sur celui de Laurent Gbagbo. Surtout que la Côte d'Ivoire, théâtre des opérations, vient de reconnaitre l'innocence de Mme Gbagbo. Tous les regards sont donc rivés sur le juge Cuno Tarfusser pour voir ce qu'il décidera pour Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.


Nous y reviendrons.