Côte d'Ivoire : Pardon et réconciliation, le leitmotiv de Guillaume Soro

À l'occasion de la rentrée parlementaire de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro avait deux mots à la bouche : Pardon et réconciliation. Le président du parlement ivoirien a tenu à réitérer, dans son allocution, ses voeux d'une paix durable à ses collègues.

Guillaume Soro engagé pour la cohésion nationale

Les 255 députés de la première législature de la 3e République se sont retrouvés ce lundi, dans l'Hémicycle. En effet, la rentrée parlementaire de l'Assemblée nationale ivoirienne s'y tenait ce 3 avril. Ainsi, lors de son discours inaugural, Guillaume Soro s'est remémoré la tragédie de la crise qu'a traversée la Côte d'Ivoire. Le PAN ivoirien s'est donc souvenu qu'il s'agit de « l’épisode le moins glorieux de notre histoire ». Par conséquent, il a appelé les représentants du peuple à oeuvrer à la cohésion sociale.

Pour ce faire, l'ancien chef de la rébellion a prôné le pardon et la réconciliation. Car ce sont, selon lui, les deux principaux facteurs d'une véritable paix retrouvée. Cependant, il constate avec amertume que certaines personnes « résistent encore » à s'y conformer. Il appelle par ailleurs à ce que les enquêtes judiciaires en cours aboutissent. C'est dans cette veine qu'Évariste Méambly, député indépendant, a fait une proposition au président Guillaume Kigbafori Soro, celle d'une loi d'amnistie en faveur des prisonniers issus de la crise postélectorale.

Notons que le PDCI et le RDR, les deux maillons essentiels de la coalition RHDP au pouvoir ont décidé de créer des groupes parlementaires séparés. Ce qui est symptomatique d'une certaine tension entre ces alliés.