Afrique : L'Union africaine fait sa mue sous la houlette du pdt Paul Kagamé

Par Gary SLM
Publié le 09 mai 2017 à 09:41 | mis à jour le 09 mai 2017 à 09:41

L'Union africaine (UA) est en passe de s'affranchir entièrement des puissances occidentales et orientales. Pour ce faire, l'organisation régionale a initié une série de réformes devant déboucher sur sa totale indépendance. Le président Paul Kagamé du Rwanda est le maître d'oeuvre de ce gigantesque chantier.

Paul Kagamé et l'indépendance de l'Union africaine

L'Union africaine est en quête de son indépendance sur les plans politique, opérationnel et financier. A cet effet, le président Paul Kagamé a été mandaté par ses pairs pour mettre en oeuvre de profondes reformes. Aussi, les conclusions des travaux des experts avaient été unanimement approuvés au 28e sommet de l'UA d'Addis-Abeba fin janvier. Une quarantaine de ministres des Affaires étrangères des États-membres se sont également réunis le dimanche dernier à Kigali. Il s'agissait pour l'équipe de Kagamé et ces ministres de discuter de la mise en oeuvre de ces reformes.

Une restructuration profonde de l'organisation panafricaine était au menu de cette rencontre. Car l'UA devrait pouvoir remplir ses obligations envers les États-partie et les citoyens africains en toute responsabilité. A cette fin, les leaders africains entendent créer un cadre régulier de concertation pour faire ensemble face aux priorités majeures. « Financer l'Union africaine, et durablement, pour en consolider la gestion financière et la comptabilité. » Tel est l'objectif visé à terme par les participants de ce mini-sommet.


Notons à toutes fins utiles que les couloirs des sommets de l'UA sont pour la plupart bondés de représentants de pays occidentaux. De même, cette organisation est financée en majeure partie par l'Union européenne (UE). En pareille occurrence, comment parler d'indépendance véritable ? Les dirigeants africains sont donc pour la plupart décidés à changer cette donne. Quand bien même certaines voix discordantes s'élèvent, plombant ce noble projet d'affranchissement des ex-puissances tutélaires. Seulement, plusieurs analystes africains se demandent si ce projet pourra effectivement aboutir.