Côte d'Ivoire : Détention illégale d'armes, Ange Kessi menace les militaires

Ange Kessi menace de radiation tous les militaires en possession d'armes autres que leur dotation. Ce communiqué du Commissaire du gouvernement fait suite à la découverte de caisses d'armes dont le contenu serait emporté du domicile de Kamagaté Souleymane pendant la mutinerie. Toutefois, les observateurs s'interrogent sur le sort des soldats mutins qui ont pris le pays en otage avec leurs armes.

Ange Kessi sort (enfin) de sa réserve

Le Colonel Bernard Ange Kessi Kouamé s'en est pris aux militaires qui se sont servis en armes de guerre chez Kamagaté Souleymane. En effet, lors de la récente mutinerie, plusieurs caisses d'armement lourd avaient été découvertes chez le directeur du protocole du président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro. Cependant, ces caisses ont été vidées par les éléments qui ont lancé l'expédition sur le domicile de Soul to Soul. Ainsi, le Commissaire du gouvernement et procureur du Tribunal militaire d'Abidjan a produit une déclaration.

COMMUNIQUE DU COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT

À l’occasion de la mutinerie survenue du 12 au 16 mai 2017, des militaires ont emporté des armes de guerre qui étaient entreposées dans une villa appartenant à monsieur Kamaraté Souleymane et servant de lieu d’habitation à la mère de celui-ci.

Le Commissaire du Gouvernement rappelle que la détention ou l’entreposage d’armes de première catégorie sont constitutifs d’infractions pénales prévues et punies par les articles 3, 5, 13 et 14 de la loi n°98-749 du 23 décembre 1998 portant répression des infractions à la règlementation sur certaines munitions et substances explosives et le décret n°99-183 du 24 février 1999 portant règlementation des armes et munitions.

Tout militaire appréhendé en possession de telles armes ne constituant pas sa dotation légale sera radié des effectifs sans préjudice des sanctions pénales encourues allant d’une peine d’emprisonnement de 10 à 20 ans et d’une amende de 5 000 000 à 10 000 000 de francs.

Le Commissaire du Gouvernement invite en conséquence tous les militaires détenant des armes qui ne sont pas leur dotation à les déposer auprès des commandants de régions militaires d’Abidjan, Bouaké, Daloa, et Korhogo avant le mercredi 31 mai 2017, délai de rigueur.

Fait à Abidjan le 23 mai 2017

Le Commissaire du Gouvernement

Cependant, ce communiqué ne prend pas en compte d'autres réalités beaucoup plus graves. Quel est le sort réservé à Kamagaté Souleymane dit Soul to Soul chez qui les armes dont fait allusion Ange Kessi ont été découvertes ? Qu'adviendra-t-il aux soldats mutins qui ont usé de leurs armes de dotation pour terroriser le pays pendant les quatre jours de mutinerie ? D'autant plus que ces mutins ont effectivement perçu une bonne partie de leur prime Ecomog revendiquée. Les menaces du procureur militaire pourraient-elles faire effet ? Un observateur estime qu'il ne s'agit que de la poudre aux yeux, car « si plus pointu n'a pas pu percer, ce n'est pas bout rond qui va trouer ».