Chine : Le soutien de la Banque mondiale à l'initiative "la Ceinture et la Route"

A la faveur du Forum sur la coopération internationale « la Ceinture et la Route », le président de la Banque mondial a réitéré la volonté de l'institution qu'il dirige à accompagner la construction de ce gigantesque projet initié par le président Xi Jinping.

La Banque mondiale prête pour la construction de « la Ceinture et la Route »

La Banque mondiale est disposée à fournir toutes formes de soutien à la construction de l'initiative « la Ceinture et la Route ». Tel est l'engagement pris à nouveau par Jim Yong kim, président de l'institution. Lors d'une interview accordée au Quotidien du Peuple bien avant la tenue du Forum sur la coopération internationale à Beijing, le patron de la BM s'est voulu formel : « L'initiative "la Ceinture et la Route" proposée par le Président Xi Jinping est très importante. C’est une voie très collaborative qui permettra non seulement d'apporter de l’essor aux pays situés le long de son parcours, mais aussi contribuera au développement du monde. »

Selon Jim Yong-kim, l'institution de Bretton Woods qu'il dirige a accumulé beaucoup d'expérience dans la collaboration avec les pays en développement dans divers domaines tels que la facilitation du commerce, la construction des routes, les investissements dans les infrastructures et autres mécanismes d’investissement . « Nous sommes enthousiastes et prêts à fournir toutes formes de soutien à la construction de l'initiative de la Ceinture et la Route », a-t-il martelé.

A ses yeux, le fait que la Chine a réussi à faire sortir des centaines de millions de personnes de la pauvreté est une réalisation remarquable. Il a par ailleurs souligné à plusieurs reprises l'expérience réussie du développement de la Chine. La mise en œuvre de l’économie de marché, la promotion du commerce, la poursuite incessante de l'innovation, l’encouragement à des entreprises nationales à participer à la concurrence et la réforme d’aujourd’hui des soins de santé sont des expériences contributives à la communauté internationale.

L'expérience chinoise, une référence mondiale

Il croit également que l'expérience chinoise peut servir de référence pour la Banque mondiale. « Nous encourageons plus de pays en développement, y compris les pays les plus pauvres, à intégrer le système du marché mondial, afin d'en tirer profit, mais aussi de faire bénéficier les investisseurs. » Jim Yong-kim a en outre déclaré que certains pays en développement avaient besoin d’investissements plus importants dans les infrastructures et que la Banque mondiale continuerait à les soutenir dans la coopération et le développement des pays le long de la Ceinture et la Route en particulier ».

Poursuivant, il ajoute que la coopération est très étroite entre la Banque mondiale et la Chine. A titre d’exemple, la BM collabore étroitement aussi avec des institutions chinoises comme la Commission nationale du développement et de la réforme , le ministère des Finances, etc. De même, la coopération avec la Chine est sans précédent dans la réforme des mécanismes.

« Nous avons investi, mais aussi beaucoup appris », déclare-t-il. En tant que président de la Banque mondiale, Jin Yong-kim a visité l'Empire du Milieu à plusieurs reprises . Il a notamment fait l'éloge du développement de Shenzhen, ville située dans le Sud de la Chine. « Je n'ai jamais vu de ville capable de faire coexister aussi merveilleusement la technologie, l’investissement et le développement économique ». Selon lui, la Chine possède une très forte capacité d'apprentissage, d'apprendre au monde entier pour se développer. La Chine, a-t-il souligné, « sait à la fois apprendre en permanence et faire preuve de persévérance ». Ce qui l'a particulièrement impressionné.

(Source : Quotidien du Peuple)