Côte d'Ivoire : Quand Guillaume Soro assume son statut d'ex-chef rebelle

Guillaume Soro ne veut nullement se dérober de son récent passé de patron de la rébellion ivoirienne. Il appelle donc ses partisans à lui emboîter le pas en ne niant pas cette réalité qu'il assume pleinement.

Guillaume Soro le rebelle, et puis après ?

Il y a des personnes qui ne veulent pas que leur histoire soit falsifiée, aussi lourde soit-elle à assumer. Guillaume Soro fait partie de cette catégorie de personnes qui restent droites dans leurs bottes. Malgré tout. En effet, à la faveur de la découverte d'une cache d'armes chez Koné Kamaraté Souleymane dit Soul to Soul, plusieurs analystes ont vite fait d'établir un rapport avec le chef du Parlement ivoirien. Aussi, plusieurs de ses lieutenants, dont Moussa Touré, sont monté au créneau pour tenter de ripoliner l'image de GKS. Ces derniers ont donc pris d'assaut les réseaux sociaux afin de défendre leur patron.

Mais l'ex-chef de la rébellion ivoirienne les en a dissuadés. De retour de l'Assemblée régionale Afrique de l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) au Maroc, le PAN s'est voulu formel : « Une fois encore je demande à mes proches de refuser les débats futiles. J'avais 29 ans quand pour la première fois j'ai déclaré et assumé la rébellion en Côte d’Ivoire. J'ai même écrit un livre "Pourquoi je suis devenu un rebelle". » Pour lui, pas besoin de chercher un bouc émissaire au sujet de la paternité de la rébellion. « Ne vous laissez pas consumer par la haine, les insultes et les clabauderies. Je suis seul responsable. Ne polluez pas l'environnement des enquêtes », insiste-t-il.

Notons qu'à propos de l'interrogatoire de Soul to Soul, Moussa Touré de Génération Kigbafori avait alors déclaré : « Nous saurons de manière quasi-certaine combien Bédié a mis dans la cagnotte pour acheter des armes contre Gbagbo. » Cette insinuation n'a pas été du goût de Guillaume Kigbafori Soro, qui l'a fait savoir à ses collaborateurs. Appelant par ailleurs au pardon et de réconciliation : « Gardez le cap sur le rassemblement des ivoiriens. »