Maroc: Le Roi Mohammed VI renonce à la CEDEAO à cause d’ Israel, bizarre

Par Gary SLM
Publié le 03 juin 2017 à 11:24 | mis à jour le 03 juin 2017 à 11:24

Alors qu’il devait être la vedette du prochain sommet de la CEDEAO qui se tiendra du 3 au 4 juin à Monrovia, le Roi Mohammed VI du Maroc a décidé de sursoir à sa participation à celui-ci. La raison, il ne souhaiterait pas rencontrer le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou, invité à ce sommet.

Mohammed VI ne veut pas côtoyer Benyamin Netanyahou

Le Maroc a déposé une demande d'adhésion à la CEDEAO. Cette demande devait être examinée lors du prochain sommet des chefs d'État et de gouvernement de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest. Ce 51e sommet aurait pu être le premier du Roi Mohammed VI, mais un communiqué du ministère des Affaires étrangères du royaume écarte cette possibilité. «Le Roi souhaite que sa première présence à un Sommet de la CEDEAO n'intervienne pas dans un contexte de tension et de controverse », dit le communiqué de la diplomatie marocaine.

Cette communication confirme le sentiment du souverain par le fait qu’au cours «des derniers jours, des pays importants de la CEDEAO ont décidé de réduire au minimum leur niveau de représentation à ce Sommet, en raison de leur désaccord avec l'invitation adressée au Premier ministre israélien ».

Le CEDEAO est-elle vraiment importante aux yeux du Maroc

On connait le rejet d’Israël par les pays musulmans. Le Maroc va donc mettre en veilleuse l’examen de son adhésion à l’organisation dont il est membre observateur depuis 2005. Il faut noter que ce sommet devait rendre officielle l’adhésion du Maroc à l’organisation puisque la majorité des États membres y sont favorables.

Cette attitude du Maroc est tout de même curieuse et très décevante. Elle fait penser qu'une adhésion de ce pays à la CEDEAO n'est finalement pas une si bonne chose. Le Maroc envoie un signal de la mauvaise influence que pourrait avoir sa politique sur l'organisation. La CEDEAO se veut ouverte sur le monde puisque ses pays membres entretiennent des relations avec tous les États.

Les autorités libériennes ont à juste titre maintenu l'invitation du Premier ministre israélien. De cette façon, elles marquent leur opposition à la volonté du royaume chérifien d'imposer ses choix aux autres. Le Maroc n'est pas encore membre de la CEDEAO qu'il commence déjà à créer des polémiques. Si cette organisation avait une importance pour Mohammed VI, on comprend alors difficilement qu'il y renonce pour si peu [ux_icon icon="fa fa-circle" color="#ffaf03" size="8px" ]