CIV : La course à l'endettement se poursuit pour le régime Ouattara

Par Gary SLM
Publié le 15 juin 2017 à 14:14 | mis à jour le 15 juin 2017 à 14:14

Il est certes indéniable que la Côte d'Ivoire a un taux de croissance des plus élevés actuellement à l'échelle mondiale. Mais là où le bât blesse, c'est que les autorités ivoiriennes ont fait de l'endettement leur sport favori. Voilà que le trésor public vient de collecter encore plus de 24 milliards de FCFA sur le marché public de l'UEMOA.

L'endettement, le jeu favori du gouvernement Ouattara

En plus des 1140 milliards de FCFA récoltés dans le cadre de l'Eurobond qu'un autre endettement vient d'être consenti. En effet, le trésor public ivoirien avait émis par adjudication des bons et obligations auprès de l'Union économique et monétaire ouest-africain (UEMOA). Cette émission sur le marché public sous-régional a permis de collecter 24,175 milliards de FCFA. Alors que ce sont 38,590 milliards FCFA qui ont été reçus comme soumissions, selon l'agence UMOA-Titres. Cependant, ce montant est totalement en-deçà de l'objectif de 45 milliards de FCFA visés par les autorités ivoiriennes.

Cet énième endettement est perçu par bon nombres d'observateurs comme la goutte d'eau qui risque de faire déborder le vase. Car, depuis l'accession de l'économiste Alassane Ouattara au pouvoir, les vannes se sont ouvertes pour la Côte d'Ivoire, qui n'a pas hésité à s'endetter de façon outrancière. Selon un rapport de la Direction de la dette publique, la dette s'élevait à 8.156,6 milliards de FCFA au 1er semestre 2016. Ce stock comprend 4.249,3 milliards de FCFA de dette extérieure (52,1%) et 3.907,3 milliards de FCFA de dette intérieure (47,90%). Ce montant pourrait être revu à la hausse, car la course à l'endettement se poursuit. Les autorités ont émis un troisième Eurobond, dans ce mois de juin, après seulement six années de pouvoir. Les emprunts obligataires foisonnent également. Par ailleurs, d'autres facteurs macroéconomiques, tel que la chute du prix du cacao, pourraient occasionner d'autres endettements.

Et pourtant, la Côte d'Ivoire avait récemment bénéficié d'un allègement de dette par l'atteinte du point d'achèvement de l'initiative PPTE. De même, le gouvernement de Laurent Gbagbo, maître artificier de ce désendettement, avait initié le budget sécurisé. Ce système révolutionnaire consistait à gérer le pays seulement à partir de ses ressources propres. Mais les derniers endettements ont quasiment battu en brèche tous ces efforts.



Articles les plus lus
02
Biz sur 7 : Actualité Show-biz d'Afrique
Décès d'Arafat Dj: Tata Nahomi menacée par des "Chinois"