Gabon : Des experts de la CPI à Libreville, le camp Bongo seul visé ?

Par Gary SLM
Publié le 21 juin 2017 à 19:08 | mis à jour le 21 juin 2017 à 19:08

Des experts de la CPI ont bel et bien foulé le sol gabonais depuis ce mercredi 21 juin. Ils ont pour mission d'enquêter sur les violences qui ont éclaté à la suite de la présidentielle d'août 2016. Ali Bongo et Jean Ping se proclamaient alors vainqueurs, chacun pour sa part.

Les experts de la CPI interrogent des ministres d'Ali Bongo

Annoncés depuis belle lurette, les experts de la CPI sont effectivement arrivés au Gabon ce mercredi. En effet, la procureure de cette juridiction internationale, Fatou Bensouda, avait indiqué que son équipe diligenterait une enquête au sujet des violences postélectorales survenues dans plusieurs villes gabonaises à la suite de la présidentielle. Ainsi, ces experts rencontrent plusieurs membres du gouvernement Bongo, dont le ministre de l'Intérieur et celui de la Défense. Cette enquête préliminaire permettra assurément de mettre en lumière ce qui s'est réellement passé lors de cette période tumultueuse.

Les victimes qui se sont déjà constituées en collectif espèrent par ailleurs que leurs bourreaux seront traduits devant la CPI. Même son de cloche pour le camp Jean Ping qui tient pour responsable le président gabonais. Cependant, des voix proches du pouvoir s'élèvent pour dénoncer une certaine partialité des enquêteurs. D'autant plus que la logique aurait voulu que ces derniers enquêtent dans les deux camps qui se sont affrontés. D'autres vont plus loin en faisant la parallèle avec la situation ivoirienne dans laquelle il y a comme un acharnement contre le seul camp Gbagbo.


Notons qu'à la suite de la présidentielle d'août dernier, Ali Bongo Ondimba et Jean Ping se disaient tous deux vainqueurs. Mais au regard des différents recours déposés, Marie-Madeleine Mborantsuo, présidente de la Cour constitutionnelle, a proclamé ABO réélu avec 50,66% contre 47,24% pour son adversaire. En dépit de ce verdict non susceptible d'aucun recours, Ping continue de se proclamer président du Gabon.