Côte d'Ivoire : En fin de mission, quel bilan pour l'ONUCI ?

La mission de l'ONUCI en Côte d'Ivoire prend définitivement fin ce 30 juin 2017. Après 13 années de présence effective, le bilan de cette mission onusienne est passé à la loupe par différents acteurs.

La mission de l'ONUCI, échec ou succès ?

Les avis sont mitigés quant à la mission conduite par l'Opération des Nations unies en Côte d'Ivoire (ONUCI). En effet, la mission onusienne avait été déployée en 2004 (résolution 1528), alors que le pays était en pleine belligérance. Ainsi, les Casques bleus de l'ONU s'étaient interposés, tant bien que mal, entre FANCI et Forces nouvelles. Le pays était coupé en deux et les risques d'affrontement étaient de plus en plus persistants. Mais à l'heure du bilan, Aïchatou Mindaoudou, représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU, indique que la mission qu'elle dirigeait a eu un franc succès.

A la cérémonie de descente du drapeau, la diplomate nigérienne s'est voulue reconnaissante du gouvernement ivoirien : « Ce succès serait impossible sans l’engagement du gouvernement et de l’ensemble des populations à aller à la paix. » Aussi, précise-t-elle que sa mission a permis à la Côte d'Ivoire de renouer avec la paix. L'administration a été redéployée sur l'ensemble du territoire national. Environ 67.000 ex-combattants ont été pris en compte dans le processus Désarmement, démobilisation et réinsertion (DDR). La situation sécuritaire est revenue à un niveau raisonnable. Toutes ces avancées sont pour elle des motifs de satisfaction qui justifient pleinement le retrait définitif de l'ONUCI.

Cette satisfaction est entièrement partagée par Hamed Bakayoko, ministre ivoirien de la Sécurité, lors de ladite cérémonie : « Votre mission en Côte d’Ivoire a été un succès. Notre pays a retrouvé la paix. » Cependant, des partisans de l'ancien président Laurent Gbagbo continuent de fustiger la mission onusienne, qu'ils ont même qualifiée de force partiale en Côte d'Ivoire. Et pour cause, les Casques bleus sont intervenus aux côtés des forces pro-Ouattara lors de la crise postélectorale de 2010-2011.

Quoiqu'il en soit, la résolution 2284 de l'ONU met fin à cette mission de paix, ce vendredi 30 juin. Mais avant de quitter définitivement le pays, Mme Mindaoudou a transféré ses fonctions résiduelles au gouvernement et aux différents partenaires. Cependant, la réinsertion des ex-combattants démobilisés, la situation des exilés politiques, et surtout l'alternance 2020 restent des sujets très préoccupants.

Dialogue suspendu, les deux camps ne s’accordent pas

Dialogue suspendu, les deux camps ne s’accordent pas

10:37

La crise au Togo est visiblement loin de son épilogue. Le dialogue politique entamé entre pouvoir […]

10:26
Elections sénatoriales, les candidats pas pressés de s'inscrire

Elections sénatoriales, les candidats pas pressés de s'inscrire

C'est à un véritable désert que l'on a assisté ce vendredi, premier jour de dépôt des […]

19:59
Idriss Déby offre la grâce présidentielle à 295 prisonniers

Idriss Déby offre la grâce présidentielle à 295 prisonniers

Au Tchad, le président Idriss Déby a usé du pouvoir que lui confère la Constitution pour gracier […]

19:47
5 réfugiés congolais tués par la police rwandaise dans un camp

5 réfugiés congolais tués par la police rwandaise dans un camp

Ce vendredi, la police rwandaise a annoncé la mort de 5 réfugiés congolais lors d'une […]

17:11
Le G5 Sahel obtient 414 M€ à la conférence de Bruxelles

Le G5 Sahel obtient 414 M€ à la conférence de Bruxelles

Mission accomplie ! La force conjointe du G5 Sahel vient d’atteindre son objectif budgétaire. Le […]

+