Côte d'Ivoire: chômage des jeunes, de qui se moque-t-on ?

Par Gary SLM
Publié le 19 juillet 2017 à 19:53 | mis à jour le 19 juillet 2017 à 19:53

Le ministre Sidi Tiémoko Touré, ministre de la Promotion de la jeunesse, de l’emploi des jeunes et du service civique, a osé une déclaration sur le chômage des jeunes, qui prouve que l'effet d'annonce et la pratique du mensonge grossier sont une réelle méthode de gouvernance en Côte d'Ivoire.

Déclaration du ministre sur le chômage

« Les statistiques récentes sur le marché du travail révèlent un faible taux de chômage estimé à 2,8% en 2016 contre 5,3% selon l’enquête emploi de 2013. Ces données bien qu’encourageantes indiquent que ce sont les jeunes qui sont les plus concernés par cette situation de vulnérabilité face à l’emploi ».

Chômage, de qui se moque-t-on ?

Avoir le culot d'annoncer un taux de chômage, en Côte d’Ivoire, de 2,8% apparaît comme surréaliste.

Nier les évidences à ce point est d'une irresponsabilité invraisemblable, mais prouve, s'il en était besoin, que le mensonge est une base constante de gouvernance.

Effet d'annonce permanent, mensonge constant, illusion, digne d'un piètre magicien, sont les outils de gouvernance les plus utilisés pour tromper un public encore trop naïf qui ferait bien de mettre au chômage certains dirigeants.

Arrogance naturelle

En annonçant ces chiffres du chômage, intégralement faux, la Côte d'Ivoire fait preuve d'une arrogance stupide. Comment imaginer que ce petit pays pas du tout industrialisé fait pratiquement aussi bien en la matière que les États-Unis avec ses 4,4% ? De qui se moque-t-on ?

Demandez donc aux dizaines de milliers de jeunes diplômés, sans travail, donc au chômage, ce qu'ils pensent de la vision floue du haut de vos trônes ! En plus, le gouvernement reconnait qu'ils sont vulnérables, mais qu'ils ne sont qu'une infime partie de ses supposés 2,8% !

Le jour où la grenade sociale déjà dégoupillée par la dureté de la vie explosera, les donneurs de leçons pourront prendre conscience de la réalité des chiffres et comprendront par la même occasion ce que chômage veut dire.

Comme on dit en Côte d'Ivoire : "c'est pas la peine".