CIV : Scandale au ministère du Tourisme, le ministre Siandou Fofana indexé

Par Gary SLM
Publié le 08 août 2017 à 17:12 | mis à jour le 08 août 2017 à 17:12

Les services du ministère ivoirien du Tourisme ont un fonctionnement qui laisse à désirer. Les agents dudit ministère et surtout certains opérateurs se plaignent de l'extrême lenteur dans le traitement des différents dossiers.

Les opérateurs économiques grognent contre ministre Siandou Fofana

Le gouvernement ivoirien avait affiché une envie de faire du tourisme un secteur prometteur. À cet effet, le président Alassane Ouattara a lancé d'intenses travaux d'aménagement pour faire de la Côte d'Ivoire une destination touristique de rêve. Le ministre Siandou Fofana s'était également engagé à faire du tourisme un pôle économique très attractif. Cependant, entre les déclarations d'intention et les faits, il y a une véritable dichotomie que dénoncent certains usagers.

Sous couvert d'anonymat, un agent dudit ministère que nous avons approché nous dépeint la situation : « Depuis la prise de fonction du ministre Siandou Fofana, aucun acte n’est encore signé et délivré. Et l'on ne sait pour quelle raison. Et pourtant, les opérateurs ont produit les pièces requises et monté leurs dossiers comme il se doit et déposé au Guichet unique du Ministère comme il leur est demandé. Ils se sont par ailleurs acquittés des frais à la régie dudit ministère, chacun selon l’acte sollicité. » Poursuivant, ce dernier ajoute que des montants supplémentaires équivalant à 10% des sommes versées sont demandés aux opérateurs.

Les montants à débourser

Ceux-ci ne seraient jusque-là pas rentrés en possession des licences et autres agréments pour l'exploitation de leurs activités. À en croire notre interlocuteur, les montants des actes délivrés s’établissent comme suit :

• Agrément Agence de voyages : 200 000 FCFA

• Licence Agence Agence de voyages : 500 000 FCFA

• Agrément Hôtel :

• Investissement de 0 à 50 millions : 200 000 FCFA

• Investissement de 50 à 300 millions : 300 000 FCFA

• Investissement de plus de 300 millions : 500 000 FCFA

• Licence Hôtel :

• Investissement de 0 à 50 millions : 100 000 FCFA

• Investissement de 50 à 300 millions : 200 000 FCFA


• Investissement de plus de 300 millions : 300 000 FCFA

• Autorisation d’ouverture et d’exploitation Restaurant, Maquis, Night-clubs… : à partir de 150 000 FCFA.

Notons toutefois que le successeur de M. Roger Kacou avait déclaré en janvier dernier : « Nous voulons faire du tourisme, une véritable industrie qui a sa place dans le développement de la Côte d’Ivoire et qui contribuera significativement à améliorer les indicateurs économiques. » C'était au terme d’une visite effectuée dans les complexes hôteliers Seen Hôtel du Plateau et Azalaï Hôtel de Marcory qu'il avait tenu ses propos.

Le rang de la Côte d'Ivoire en Afrique

Ces belles intentions tardent à se traduire dans les faits, ce qui ne manque pas de décourager certains opérateurs économiques du secteur. Pour ces derniers, c'est le ministre qui est responsable de ce coup de frein à leurs activités. À noter qu'un secteur touristique bien géré peut accroître l'économie d'un pays. Le secteur se situe au 4ème rang mondial en termes de recettes avec plus de 41,4 milliards d'euros en 2015.

La Côte d'Ivoire arrive à la 14eme dans le classement des pays africains en matière de compétitivité touristique en 2017 sur 34. L'Afrique du Sud, Ile Maurice, Maroc, Égypte et le Kenya occupent le top 5 de ce classement.






Articles les plus lus