CIV : Pour 2020, Henri Konan Bédié renforce le commando du PDCI-RDA

Par Gary SLM
Publié le 17 août 2017 à 11:00 | mis à jour le 17 août 2017 à 11:00

Le PDCI-RDA est résolument engagé à la reconquête du pouvoir d'État en 2020. Le président Henri Konan Bédié a par ailleurs renforcé les structures de son parti par la nomination de nouvelles personnalités.

Henri Konan Bédié engage le PDCI-RDA sur la route de 2020

La présidentielle de 2020 approche à grands pas, et le PDCI-RDA ne voudrait manquer en aucun cas ce rendez-vous crucial. Éjecté du pouvoir par un coup d'État militaire en 1999, le président Henri Konan Bédié entend donc le reconquérir. Aussi, se met-il toutes les chances de son côté pour se placer en pôle position au moment opportun. A cet effet, le président de l'ex-parti unique a pris une série de décisions nommant plusieurs personnalités à des postes stratégiques dans l'optique de bâtir un PDCI plus conquérant.

Au nombre de ces personnalités se trouve le vice-président ivoirien Daniel Kablan Duncan. Il est également vice-président du PDCI-RDA chargé de la Coordination des activités des Vice-Présidents au sein du parti. AHOUA N’Doli Théophile, le nouvel Inspecteur général d'État, a intégré la vice-présidence. 36 autres personnalités, dont les ministres Thierry Tanoh, Amédé Koffi Kouakou, Alain-Richard Donwahi, Jean Claude Brou, Jean Claude Kouassi, François Albert Amichia, Mme Raymonde Goudou Coffie, Pascal Abinan Kouakou et Claude Isaac DE ont été promus Secrétaires exécutifs. Kobenan Kouassi Adjoumani, Jean-Louis Billon et Mme Aminata N'Diaye Nash sont les porte-paroles du parti. Quant à Kouadio Koffi Pierre dit Pepoint et Gnamien Yao, ils rejoignent l'Inspection du parti.

C'est donc ce commando qui se chargera de redynamiser le parti et investir le terrain en vue des prochaines échéances électorales. Mais la tâche ne sera pas de tout repos, car le RDR, allié du PDCI au sein du RHDP, s'active de son côté pour présenter un candidat issu de ses rangs à la présidentielle de 2020. C'est du moins ce qui ressort des propos de ses cadres, dont Ibrahim Cissé Bacongo. La lutte s'annonce donc très rude entre les éventuels candidats à la succession d'Alassane Ouattara.



Articles les plus lus