Côte d'Ivoire : "Appel de Daoukro", célébré par le PDCI, piétiné par le RDR

Par Gary SLM
Publié le 21 août 2017 à 17:58 | mis à jour le 21 août 2017 à 17:58

L'an 3 de l'«Appel de Daoukro» approche à grands pas, mais les positions semblent discordantes entre PDCI et RDR. Alors que Zié Coulibaly prépare cet 3e anniversaire le 17 septembre prochain, Cissé Bacongo le remet totalement en cause.

Discorde entre PDCI et RDR au sujet de l'appel de Daoukro

Henri Konan Bédié a-t-il fait preuve de naïveté en lançant l'appel de Daoukro en faveur d'Alassane Ouattara en septembre 2014 ? La réponse à cette interrogation varie selon les obédiences politiques et les circonstances observées çà et là. Le député Zié Coulibaly, initiateur de la cérémonie, s'active en effet pour célébrer le troisième anniversaire de cet appel. Aussi, s'est-il rendu chez Mme Henriette Konan Bédié en compagnie de l'ex-Inspecteur général d'État, Niamien N'Goran (le président du comité d'organisation) pour présenter le pagne confectionné pour la circonstance à l'ex-première dame. C'est dire toute la ferveur et l'engouement qui se prépare autour de cette célébration. À en croire des sources bien introduites, le président du PDCI prononcera à l'occasion un important discours.

Cependant, les choses semblent être toute autre du côté du RDR. Lors d'un meeting à Agboville, l'ex-ministre de la Construction Mamadou Sanogo a déclaré : « Le chef de l’État ivoirien Alassane Ouattara n’a pris aucun engagement concernant sa succession quant à l’élection présidentielle de 2020. » Poursuivant, il ajoute : « Il ne s’est engagé ni à Daoukro, ni vis-à-vis de qui que ce soit. »

Ibrahim Cissé Bacongo, conseiller du président de la République, a également enfoncé le clou. Il a indiqué que l'alternance au sein du RHDP tel que souhaitée par son allié du PDCI est totalement surréaliste. Rappelant par ailleurs que le président de la République a mis fin à cette option : « Le président Ouattara a demandé à tous ceux qui veulent être candidat en 2020 de venir compétir. Celui d’entre eux qui se qualifiera pour le second tour devra être supporté par les autres. »

Le PDCI acceptera-t-il cette option, d'autant plus que l'ex-président ivoirien avait lancé l'appel de Daoukro pour demander à ses militants de soutenir la réélection du président Alassane Ouattara ? Et ce, dès le premier tour de l'élection présidentielle de 2015. Le RHDP, coalition au pouvoir, est visiblement en train de tanguer. Ne sera-t-il pas sacrifié sur l'autel des calculs politiciens des uns et des autres ? Wait and see !