Côte d'Ivoire : Le métro d'Abidjan, un projet "très cher"... à Ouattara et Macron

Par Gary SLM
Publié le 02 septembre 2017 à 02:04 | mis à jour le 08 mai 2018 à 10:40

A la dernière visite d'Alassane Ouattara à l'Elysée, Emmanuel Macron a réitéré sa volonté d'accompagner le projet du métro d'Abidjan. En dépit du coût très élevé de ces travaux, les deux présidents entendent cependant finaliser ce contrat au plus vite.

Ouattara et Macron s'offrent des records pour le métro d'Abidjan

Après sa visite de printemps dernier, Alassane Ouattara a eu un déjeuner de travail, ce jeudi, avec Emmanuel Macron. Les deux chefs d'Etat ont passé en revue plusieurs projets dans le cadre de leur coopération bilatérale. Mais celui qui semble captiver leur attention, c'est surtout le projet du métro d'Abidjan. Ainsi que l'a indiqué le président à son homologue ivoirien : « Je dirais, tout particulièrement, un projet qui nous est cher à l’un et à l’autre, (...) c’est celui du train urbain d’Abidjan. Et je me réjouis, à ce titre, des progrès dans la finalisation du contrat. »

Le président Macron précise toutefois que ce projet leur est très cher. Aussi bien au président Ouattara qui l'a « beaucoup porté et poussé » qu'à la France qui a « atteint des records en termes de financement qui se justifie pleinement par son importance ». Poursuivant, le nouveau locataire de l'Elysée a par ailleurs ajouté : « C’est un projet qui représente une offre française sans précédent alliant toutes les technologies de nos entreprises. »

Ce gigantesque projet est confié à un consortium dirigé par la multinationale française Bouygues. Avec un coût de réalisation estimé à 1000 milliards de FCFA. La réalisation de cette infrastructure permettra certesun « aménagement cohérent de la ville d'Abidjan » , n'empêche que certains observateurs s'offusquent des coûts particulièrement trop élevés de sa réalisation. Le président ivoirien avait naguère bloqué les travaux pour cette même raison avant de se raviser lors de sa première visite à Macron, en juin dernier.


Notons que le train urbain d'Addis-Abeba (Ethiopie) avait coûté moins de 300 milliards de FCFA. Quant à celui de Dakar (Sénégal), la réalisation des travaux a coûté environ 500 milliards de FCFA. Pour celui d'Abidjan, des groupes chinois n'avaient demandé que la moitié de ce qu'exigeait l'entreprise française. Et pourtant, c'est le groupe Bouygues qui réalisera ces travaux qui démarreront effectivement en novembre prochain.