Côte d'Ivoire : Quand Bictogo résume les Ivoiriens aux seuls militants du RDR

Adama Bictogo ne ménage aucun effort pour prendre fait et cause pour les militants du RDR. Après avoir activement milité pour leur embauche massive, le PCO du 3e Congrès ordinaire évoque maintenant une assistance aux victimes issues du RDR.

Quand Bictogo fait la promotion des militants RDR

Le troisième Congrès ordinaire du RDR s'ouvre dans trois jours (9 - 10 septembre 2017). Aussi, les cadres du parti au pouvoir ne cessent-ils d'user de stratagèmes pour attirer le maximum de militants du RDR. Adama Bictogo, président du Comité d'organisation dudit Congrès, a, quant à lui, ouvert une lucarne sur son terrain favori. En effet, adepte de la victimisation du parti, dont il est pressenti pour être le secrétaire général, M. Bictogo tente de rassurer ses "victimes". Ainsi, leur promet-il : « Vous aurez plus de solidarité. »

Recevant des victimes de la crise postélectorale issues du RDR, M. Bictogo leur a déclaré : « Je vais voir avec les députés qui donnent 100.000 F par mois au Rdr. Je vais voir également les autres élus et les cadres pour qu’ils reversent, ce mois-ci, cet argent aux victimes de la crise post-électorale. » Loin d'être un message isolé, le député d'Agboville est connu pour ses prises de position en faveur des militants républicains.

Face aux multiples récriminations de la jeunesse du RDR au sujet de leur manque d'emploi, le patron de Snedai n'a pas hésité à interpeller les ministres et autres DG issus du parti au pouvoir. En présence de M. Sidi Touré, ministre de la Promotion de la Jeunesse, de l'Emploi des Jeunes et du Service civique, M. Bictogo s'était alors voulu formel : « Il faut que les DG permettent aux jeunes d'avoir un emploi. » Avant d'ajouter : « C'est au parti (RDR, Ndlr) d'exiger que chaque ministre et DG issus de nos rangs fasse sa part. Nous devons pouvoir exiger en interne un quota de recrutement à chacun des responsables... » Appel d'autant plus contradictoire que plusieurs contrats ont été concédés, sans véritable appel d'offres, à ses multiples entreprises. Plusieurs militants en ont même grincé les dents.

Le RDR, un parti de toutes les contradictions

C'est à croire que les Ivoiriens ne se résument qu'aux seuls militants du RDR. N'y a-t-il cependant pas d'autres victimes de la crise qu'a connue le pays dans les autres partis politiques ? Le chômage en Côte d'Ivoire ne touche que les seuls militants de la rue Lepic ? Quelles dispositions sont véritablement prises par le régime d'Alassane Ouattara pour une redistribution équitable des richesses du pays ? Au-delà de certaines régions du pays qui ont connu la réalisation d'importantes infrastructures (ponts, routes...), d'autres régions continuent de vivre enclavés, délaissés, et surtout livrées aux coupeurs de routes et autres dozos.

Et pourtant, dans l'opposition, ce parti criait à la discrimination et à l'exclusion des autres régimes. Mais à l'épreuve du pouvoir, la politique du "rattrapage" semble être le maitre-mot des républicains. La réconciliation nationale est totalement en berne, et les clivages socio-politiques ne cessent de se renforcer. Comment bâtir donc une véritable nation ivoirienne en pareille situation ? Telle est l'interrogation qui ne cesse de tarauder l'esprit des observateurs.