Côte d’Ivoire : Insécurité, Paris déploie un navire de guerre au large d’Abidjan

Les menacent qui guettent actuellement la Côte d’Ivoire sont diverses et multiformes. En vertu de l’accord militaire entre Abidjan et paris, les Autorités françaises y ont dépêché un navire de guerre.

Un navire de guerre français dans les eaux ivoiriennes, que doit-on craindre ?

Il ne fait l’ombre d’aucun doute que la Côte d’Ivoire n’est pas encore sortie de l’ornière. Après une décennie de crise militaro-politique et une crise postélectorale très meurtrière, les menaces persistent toujours. Aussi, dans le cadre de la coopération militaire entre la Côte d’Ivoire et la France, les Autorités françaises viennent de décider de l’envoi d’un navire de guerre à 10 nautiques (environ 22 kilomètres) d’Abidjan, la capitale ivoirienne. Ce Bâtiment de projection et de commandement (BPC) dénommé Dixmude dispose à son bord de 205 marins, dont des commandos-fusiliers.

À en croire Jean Porcher, commandant de ce bâtiment de guerre français : « L'arrivée de Dixmude dans les eaux ivoiriennes s'inscrit dans le cadre de la sécurité maritime dans le golfe de Guinée. » D'autant plus que cette zone maritime est en proie à diverses menaces tenant aux pirates, aux brigands, aux trafiquants et autres terroristes qui y pullulent.

Aussi, dans le cadre de cette coopération, un exercice d'assistance en mer a consisté en la simulation d'un incendie. Les marins français et leurs homologues ivoiriens ont brillamment réussi cet exercice conjoint. Chose qui a somme toute fait dire au contre-amiral Djakaridja Konaté : « Grâce à la France, nous sommes aujourd'hui prêts à relever tous les défis. »

Notons que ce navire d'une longueur de 199 m, comprend 5200 m2 permettant de faire décoller simultanément 6 hélicoptères. Il dispose également d'une capacité d'emport de 110 véhicules blindés ou un escadron de 13 chars lourds. La présence de ce bâtiment de guerre français dans les eaux ivoiriennes serait également symptomatique de tension à l'horizon que les Autorités françaises voudraient anticiper. Telle est l'opinion de plusieurs autres observateurs qui y voient des indices très révélateurs. Quoi qu'il en soit, la situation sécuritaire ivoirienne est quelque peu précaire, et il convient d'y faire attention particulièrement. D'autant plus que l'élection présidentielle de 2020 approche à grands pas avec son corolaire de tension.