Sénégal : le Franc CFA encore décrié par Kémi Séba et ses partisans

Les partisans du français d’origine béninoise Kémi Séba et de nombreux panafricanistes ont bruyamment manifesté au Sénégal, en décriant à nouveau le Franc Cfa sous la bannière de l’Organisation Non Gouvernementale (ONG) que dirige l’activiste Kémi Séba.

Manifestations contre le Franc Cfa, les partisans de Kémi Séba plus débout que jamais

Ce samedi dernier 16 septembre 2017, les partisans de l’activiste Kémi Séba, récemment rapatrié en territoire français pour avoir brûlé un billet de 5000f cfa à la face du monde entier, épaulés par d’autres panafricanistes, ont manifesté dans les rues de Dakar pour dire non et non à la « monnaie coloniale », le Franc Cfa.

Sous la houlette de l’ONG « Urgences Panafricanistes » dirigée par le leader Kémi Séba, ces jeunes activistes épris de leur continent, l’Afrique, jusqu’à la liberté désirée, ont dénoncé haut et fort le mutisme et la complicité des dirigeants africains qu’ils accusent de continuer à faire le lit de l’impérialisme occidental en Afrique.

Sous fond de musique rap, musique appropriée dans de telles circonstances, même l’artiste-rappeur Thiat du « Mouvement Y en a marre » a dit sa part de vérité dans des flots et un beat bien rythmés contre le Franc Cfa : « Je lance un appel à vous qui êtes présents et passez le message. Il ne faut plus acheter le carburant chez Shell, Elf ou Total. Il ne faut plus acheter chez Auchan, Leader Price ou Citydia.Il faut acheter chez les Sénégalais. On va leur laisser leurs produits et on verra. Ils disent que ceux qui combattent le Franc Cfa perdent leur temps, on va leur montrer qui perd son temps », a-t-il demandé à ses concitoyens.

Pour lui, toutes ces multinationales françaises ont assez rassasié l’Afrique de leurs produits, alors les Africains en ont marre et ne veulent plus de ces groupes financiers oppresseurs. Fait insolite lors de ces manifestations, un autre rappeur dénommé Keyman a avalé un billet de 500 fcfa dont il souhaite que la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Bceao) aille le récupérer aux chiottes !

Rapatrié en France, Kémi Séba anime un meeting devant de nombreux partisans pour dénoncer « l'arnaque que constitue cette monnaie issue de la colonisation ».