Gabon/crise post-électorale: le Président Ali Bongo saisit la CPI

Par Gary SLM
Publié le 22 septembre 2017 à 10:41 | mis à jour le 22 septembre 2017 à 10:41

La crise post-électorale qui secoue le Gabon après les dernières élections présidentielles, a amené le Président Ali Bongo Ondimba à saisir lui-même la Cour Pénale Internationale (CPI), pour se disculper des faits qui lui sont reprochés par le camp de son adversaire, Jean Ping.

Le Gabon dans le viseur de la CPI, le Président Ali Bongo se soumet

Il a fallu cette 72ème session ordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies pour inspirer le Président du Gabon, Ali Bongo à confier le dossier dormant, mais brûlant de la crise post-électorale qui secoue en ce moment son pays silencieusement.

Après son intervention à la tribune de l'ONU, à la fin des assises, Ali Bongo s'est entretenu avec le Secrétaire Général de l'Organisation des Nations Unies (ONU), António Gutteres, pour faire le point sur la situation du Gabon.

On le sait, son adversaire lors des dernières présidentielles, Jean Ping, n'a pas encore digéré sa cuisante défaite face au fils d'Omar Bongo, et multiplie stratégies sur stratégies pour se faire vainqueur aux forceps de ladite élection.

Sans attendre que les choses viennent à lui, le Président Ali Bongo en personne a saisi la Cour Pénale Internationale (CPI), c'est-à-dire la Procureure Fatou Bensouda, pour l'ouverture de l'enquête autorisée dans ce cas de figure. Cette manière d'anticiper sur les choses et de faciliter la procédure, a plu énormément à la Procureure de la CPI qui a d'ailleurs félicité le Président Bongo pour son sens élevé des affaires de l'Etat.

Toutefois, il faut préciser qu'il sera question pour le Gabon d'un examen préliminaire et non d'un procès qui permettra de réunir des éléments susceptibles d'aider ou de déboucher sur une éventuelle enquête.

Pour finir, le Président Bongo a demandé à l'ONU de se pencher sur la question de la sécurité au Gabon, et surtout en Afrique.