Côte d'Ivoire : Alain-Richard Donwahi épinglé au ministère de la Défense ?

Par Gary SLM
Publié le 22 septembre 2017 à 13:23 | mis à jour le 22 septembre 2017 à 13:23

Alors qu'il n'a plus en charge le portefeuille de la Défense, Alain-Richard Donwahi est cité dans un scandale financier. Le PM Amadou Gon Coulibaly aurait découvert des arrangements dans les contrats d'équipements militaires qu'il a du mal à digérer.

Enfin les vrais motifs du départ d'Alain-Richard Donwahi de la Défense ?

Au dernier réaménagement gouvernemental, Alain-Richard Donwahi est passé du ministère chargé de la Défense à celui des Eaux et Forêts. Cette décision du président Alassane Ouattara est intervenue au moment où une vague de mutineries secouait les casernes ivoiriennes. Mais d'autres raisons semblent, en effet, justifier le départ de M. Donwahi de ce ministère de souveraineté. Il ressort de sources concordantes que l'ex-ministre auprès du président de la République chargé de la Défense aurait mis en place un système lucratif pour la commande d'équipements militaires.

Ainsi, par le truchement de M. Mamadou Koné, chargé de moyens généraux au sein du CCDO, des commandes ont-ils été passées auprès de la société INNOTECH. Sauf que cette société, créée en mai 2016, est gérée par un proche du ministre Donwahi. D'autres contrats similaires ont été signés par l'ancien ministre de la Défense avec la Société d’équipements de sécurité et d’intervention des forces africaines de Côte d’Ivoire (SEIFA), une entreprise dont son épouse est actionnaire.

Cependant, suite à des enquêtes diligentées par le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, la réalité de l'armée ivoirienne ne reflète pas les moyens colossaux consentis par l'État pour la réhabiliter. Situation qui a somme toute irrité le chef du gouvernement ivoirien qui entend donner une suite à ce dossier. D'autant plus que l'armée ivoirienne a connu des défaillances lors d'une intervention militaire suite à l'attaque d'un poste de gendarmerie.

Le nouveau ministre de la Défense, Hamed Bakayoko, est par ailleurs très regardant sur ce dossier qui éclabousse son ministère. La mise en oeuvre de la loi de programmation militaire 2016-2020 se trouve donc hypothéquée, et Alain-Richard Donwahi pourrait être appelé à rendre compte de sa gestion au ministère de la Défense.

Nous y reviendrons...