Côte d’Ivoire : Le Général Philippe Mangou dénigre Dogbo Blé à la CPI

Par Gary SLM
Publié le 25 septembre 2017 à 14:14 | mis à jour le 25 septembre 2017 à 14:14

Témoin dans le procès Laurent Gbagbo et Blé Goudé, le Général Mangou est dans le prétoire à la CPI ce lundi. Contre toute attente, l'ancien CMA s'est déchainé sur Dogbo Blé Bruno, son ancien ami et Général, ex-patron de la Garde républicaine sous Gbagbo. Selon le témoin du jour, ce dernier, poussé par ses fonctions, n'avait plus aucun respect pour personne au sein de l'armée ivoirienne.

Le Général Mangou très remontré contre Dogbo Blé

À la question du procureur « Le Général Dogbo Blé, qui l’a nommé à ce poste ? », Philippe Mangou a répondu : « Le Général Dogbo Blé a été nommé par le président de la République (M. Laurent Gbagbo). Dogbo Blé, il faut le dire c’est mon cadet. Je connaissais Dogbo depuis les années 1980. J’étais à l’époque jeune capitaine au bataillon blindé quand Dogbo est arrivé de Saint-Cyr. Donc j’étais son chef, tant au niveau des escadrons qu’on commandait qu’au niveau de la fonction de chef de corps que j’ai tenu. Donc nous sommes de la même arme et il travaillait avec moi.»

Le témoin du jour rajoute ensuite les qualités de son ancien bras droit : « Ce que je voudrais vous dire, c’est que quand Dogbo est arrivé, dans l’appréciation, c’était un officier très intelligent, bien cultivé, un officier qui faisait preuve de détermination et de courage dans tout ce qu’il faisait. Mais à l’époque, Dogbo était entièrement effacé. C’est à peine s’il ne rasait pas les murs. J’en ai fait mon fils à moi, puisque c’est moi qui fus son témoin de mariage, mais par la suite je n’ai pas reconnu le comportement de Dogbo. »

Ce que Mangou a dit à Dogbo après son arrestation au Golf

L’heure de charger Dogbo Blé vient de sonner. Le Général Mangou va dire de son ancien camarade : « Il faut que je le dise tout clair et ce n’est pas parce qu’il n’est pas là que je le dis. Je le lui ai déjà dit quand nous nous sommes rencontrés au Golf (le général Dogbo venait alors d’être arrêté alors que Philippe Mangou y était pour prêter serment auprès du président Ouattara dont il ne reconnaissait lui-même pas la victoire quelques jours avant). »

Il rajoute : « Dogbo nommé commandant de la garde Républicaine, Commandant militaire du palais, s’est vu pousser des ailes au point d’arrêter des anciens. Un gars comme le Général Abdoulaye Coulibaly, actuel PCA de Air Ivoire, parce que sortant du Golf Hôtel (où était retranché les cadres du RHDP avec le président Ouattara dans cette période de crise) lui prendre ses portables, c’était une aberration. Il ne respecte plus personne. Mais je crois que c’est la fonction qui a fait qu’il s’est mis sur ce piédestal. »

Le Général Mangou dénonce le comportement de certains officiers

Le témoin poursuit en disant : « Malheureusement nous avons quelques officiers qui se comportent comme cela tout simplement parce que travaillant avec un président de la République, travaillant avec un ministre, travaillant avec un président des instituions, ils n’ont plus aucun respect pour leurs anciens tout simplement parce que ces anciens ne sont plus en activité. Mais ils oublient que c’était leurs devanciers, que c’est eux qui leur ont ouvert les yeux et c’est des comportements que nous déplorons. »


"Le fait de se mettre sur son piédestal et de ne pas considérer ses anciens, qu’ils se disent qu’un jour ou l’autre ils peuvent descendre et se retrouver à la place de ces anciens. Donc à Dogbo j’ai fait ses remontrances, je le lui ai dit et je pense qu’il a compris.", a rajouté le Général Mangou.

Seulement, l'ancien Chef d'Etat Major de l'armée ivoirienne n'a fait ces remontrances à son ancien camarade que lorsque ce dernier était malmené et aux arrêts à la chute du régime Gbagbo qu'il a défendu jusqu'au bout. C'est d'ailleurs cette détermination de Dogbo Blé à défendre les institutions représentées à l'époque par Laurent Gbagbo qui lui vaut son surnom de "Général courage" en Côte d'Ivoire.