Burkina Faso : Résurgence d'attaques terroristes au nord du pays

Le Burkina Faso n'en finit plus de compter ses morts après multiples attaques terroristes contre ses forces armées. Un convoi transportant du carburant est tombé, ce mardi, dans une embuscade près de la frontière malienne. L'on dénombre deux gendarmes tués.

Les attaques terroristes se multiplient au Nord-Faso

Sale temps pour l'armée burkinabé victime d'attaques terroristes. L'attaque a été perpétrée dans le nord du pays, non loin de Djibo, dans la province du Soum, précisément sur l'axe Tongomayel-Inata. Des gendarmes escortaient un convoi de carburant de la société minière de Belahourou lorsqu'ils sont tombés dans une embuscade. L'un de leurs véhicule a, en effet, sauté sur un engin explosif. Les assaillants embusqués sont sortis de leur cachette et ont littéralement mitraillé le reste de l'escorte. Pris au dépourvu, les gendarmes ont réussi, tout de même, à repousser leurs agresseurs. Deux d'entre eux sont malheureusement tombés lors de ces combats contre les terroristes.

Rappelons que le septentrion burkinabè n'est pas à sa première attaque. Le climat d'insécurité généralisé crée une véritable psychose dans cette partie du pays, théâtre de nombreuses attaques jihadistes. Le week-end dernier, quatre soldats burkinabè ont par ailleurs été blessés après le passage de leur véhicule sur une mine. Un poste de police a par ailleurs été incendié dans un camp de réfugiés de Mentao. Sept soldats burkinabè ont été blessés et d'importants dégâts matériels sont à déplorer dans cette attaque.

Le G5 Sahel n'est pour l'instant pas opérationnel. Et pourtant, la région sahélienne en général et le Nord-Faso en particulier est en passe de devenir un no man's land à l'image du Nord-Mali et de l'Extrême-nord camerounais. Notons par ailleurs que depuis 2015, 80 soldats burkinabés sont morts dans des attaques attribuées à des groupes jihadistes. Cette série macabre risque de s'amplifier si les Autorités sécuritaires ne s'activent pas davantage.