Ouganda : le Parlement secoué par une bagarre entre députés et policiers

Par Gary SLM
Publié le 28 septembre 2017 à 14:58 | mis à jour le 28 septembre 2017 à 14:58

Comme dans les sessions parlementaires asiatiques, le Parlement ougandais vient de connaître une ébullition due à une bagarre rangée entre les députés et les policiers, et autres forces de sécurité présentes à l’Assemblée nationale ce jour là.

Députés et policiers s’empoignent au Parlement ougandais

Cela commence à faire école en Ouganda, les bagarres entre députés lors des sessions parlementaires, se sont généralisées au niveau des agents de sécurité, notamment des forces policières et gendarmes qui veillent à la protection des biens et des personnes à l’Assemblée nationale.

Au menu parlementaire ce jour là, la question de la limite d’âge pour être élu président de la république de l’Ouganda. Cette question en débat a tellement fâchée les députés justement opposés à ce sujet, surtout qu’un vote plein de mascarade voulant faire de l’actuel Président Museveni, un président à vie, a constitué l’huile qui a été versée sur le feu.

En effet, les députés ougandais, surtout ceux de l’opposition, ne voulaient pas se rendre complices d’une telle forfaiture en prenant part au vote. Lorsque la présidente de l’Assemblée nationale a suspendu 25 députés qui à la veille s’étaient bagarrés en pleine session, les autres députés ont réagi violemment contre cette décision qui pouvait travestir le vote et faire passer la cynique volonté du régime ougandais.

Pour contenir la nouvelle bagarre engendrée, les forces de sécurité ont du s’empoigner avec les députés mécontents juste pour évacuer la salle et éviter bien de désagréments. « Nous ne participerons pas au projet de présidence à vie de Museveni », a lancé à la presse la chef de file de l'opposition au parlement.