Tchad : Crash d'un Mirage 2000N de Barkhane, accident ou sabotage ?

Un Mirage 2000N de l'opération française Barkhane s'est écrasé au décollage, ce jeudi, à N'Djamena. Les circonstances de ce crash ne sont pour l'instant pas connues. Accident, sabotage, acte terroriste ? Les supputations vont bon train, aussi dans la capitale tchadienne que du côté de l'Hexagone.

Barkhane perd un Mirage 2000N à N'Djamena

Les soldats français de l'opération Barkhane sont encore sous le choc après de crash d'un Mirage 2000N ce jeudi. L'avion de guerre était sur le départ pour la France lorsque son décollage a été interrompu subitement. Les deux pilotes à bord ont juste eu le temps de s'éjecter avant que l'aéronef s'écrase au sol dans l'enceinte du camp Kossei. L'un des deux pilotes a été légèrement blessé à la jambe.

Information confirmée par le Colonel Olivier Celo, porte-parole de l'armée de l'air : « L'avion s'est aligné en bout de piste, a entamé la procédure de décollage. L'équipage a alors dû s'éjecter dans des circonstances encore indéterminées. » Poursuivant, il ajoute : « L'appareil, un Mirage 2000N, s'est crashé dans l'enceinte de la base. L'un des deux membres d'équipage est retombé dans l'enceinte, l'autre en bordure de base. »

Les circonstances de cet incident restent pour l'instant inconnues. Les avis sont cependant partagés entre les thèses de l'accident, du sabotage interne ou même d'un acte terroriste. Toutefois, ce crash d'avion intervient au moment où le président américain Donald Trump, dans sa lutte contre le terrorisme, a inscrit le Tchad sur la liste des pays dont les ressortissants sont interdits du territoire américain. Notons par ailleurs que la France maintient en permanence huit avions de chasse dans la région répartis sur ses bases au Tchad et au Niger.