Côte d'Ivoire : Baisse du prix du cacao, hausse du prix du carburant, l'économie Ivoirienne se paupérise

L'économie ivoirienne traverse actuellement une zone de turbulence sans précédent. Alors que le prix du cacao est en baisse, le prix du carburant vient de connaitre une hausse. Ce contraste plonge les Ivoiriens dans une incertitude quant aux années à venir.

Quand le cacao et le carburant secouent l'économie ivoirienne

Où est passée la pluie de milliards annoncée par le régime Ouattara ? Telle est l'interrogation qui revient régulièrement dans les conversations des Ivoiriens qui s'inquiètent d'ailleurs de leur lendemain. L'économie ivoirienne est, en effet, prise entre deux étaux qui risquent probablement de la conduire vers la banqueroute. Les dernières décisions du gouvernement viennent renforcer ce sentiment de doute qui ne cesse de grandir au sein de la population. Frappés de plein fouet par ces mesures, les Ivoiriens pourraient connaitre, si l'on n'y prend garde, une paupérisation à double vitesse.

Et pour cause, les prix bord champ du kilogramme du cacao ont été fixés à 700 FCFA à l'ouverture de la campagne. Alors que les planteurs s'attendaient à une hausse relative des prix après leur de mars dernier. Le Conseil du café-cacao (CCC) avait notamment réduit le prix du kilogramme de la fève de 1100 FCFA à 700 FCFA. Aussi, cette situation avait-elle entrainé une grogne sans précédent au sein de la filière cacaoyère. Ce bas prix vient ainsi exacerber les risques de trafic illicite de cacao vers le Ghana proposant de meilleurs prix.

Et comme si cela ne suffisait pas, le prix du carburant connait une hausse depuis ce lundi matin. Le prix du super sans-plomb est passé de 570 FCFA à 593 FCFA. Cette hausse de 23 FCFA n'est pas du goût de plusieurs automobilistes qui n'ont été informés de la décision qu'une fois à la pompe. Le prix du gasoil est pour l'instant demeuré à 570 FCFA. Mais, une hausse pourrait être envisagée les jours à venir. Si tel est le cas, les prix des produits de grande consommation pourraient également connaitre une fluctuation.

D'aucuns interpellent donc le président Alassane Ouattara pour pallier à cette dégringolade de l'économie ivoirienne. D'autant plus que le taux de croissance régulièrement brandi n'a visiblement aucune incidence sur le quotidien des Ivoiriens.