Côte d'Ivoire : Tiken Jah Fakoly crie son ras-le-bol contre le régime Ouattara

Par Gary SLM
Publié le 11 octobre 2017 à 11:58 | mis à jour le 11 octobre 2017 à 11:58

Après avoir accompagné leur prise de pouvoir, Tiken Jah Fakoly se déchaîne maintenant contre Alassane Ouattara et son clan. Connu pour ses prises de position virulentes, le reggaeman ivoirien a encore dépeint une Côte d'Ivoire qui va mal.

Les remontrances de Tiken Jah Fakoly à la gouvernance Ouattara

Comme un gros pavé dans la marre, Tiken Jah Fakoly vient d'éclabousser le régime Ouattara. L'auteur du titre à succès "Mon pays va mal" s'est, en effet, retourné contre Alassane Ouattara et ses hommes, qu'il a pourtant aidés à accéder au pouvoir. À travers ses chansons, le reggaeman avait alors fustigé les régimes des présidents Konan Bédié, Robert Guéï et Laurent Gbagbo. Mais après six années de gouvernance des nouvelles Autorités ivoiriennes, Tiken Jah se sent comme désabusé. Aussi, a-t-il tenu des propos acerbes contre la coalition RHDP au pouvoir.

« Je suis déçu par la gouvernance de Ouattara non seulement parce que la corruption a pris le dessus. Le bilan du président Ouattara est celui de Bédié. Ils ont mis des gens à des places qu’ils ne méritent pas », a-t-il déclaré. Poursuivant, il ajoute : « Par rapport au bilan qu’on voit, le RHDP est carrément un complot contre les Ivoiriens. On a l’impression que le groupe s’est construit pour partager le gâteau depuis leur arrivée au pouvoir. Des ministres sont incompétents, mais ils ne sont pas remplacés, car c’est le président Ouattara ou Bédié qui les ont nommés. Si on continue comme cela, nous n’avancerons pas. » Ainsi, se dit-il inquiet, car « il y a trop de corruption, d’injustice et d’inégalité » dans le pays. À cette allure, la Côte d'Ivoire se dirige, selon l'artiste, vers une autre crise. Il avait même qualifié dans l'un de ses singles "d'utopie" l'émergence 2020.

Il évoque par ailleurs la situation des prisonniers pro-Gbagbo qui sont jusque-là maintenus dans les geôles ivoiriennes. « Il faut donc libérer les prisonniers politiques ou qu’on dise exactement ce qu’ils ont fait. Car la population est dans le flou », a-t-il fait remarquer. Promettant par ailleurs de leur rendre visite, notamment à Koua Justin dont les « propos ne méritent un emprisonnement ».


Notons que Tiken Jah déplore l'inexistence d'une société civile combattive en Côte d'Ivoire. Lui qui a accepté le parrainage du Fispa pour porter plainte contre l'ex-président français Nicolas Sarkozy à la CPI pour son implication présumée dans le meurtre de Mouammar Kadhafi et la déstabilisation de la Libye.