Côte d'Ivoire : Me Rodrigue Dadjé, l'avocat des causes perdues ?

Depuis la chute de Laurent Gbagbo, aussi ses proches que lui-même ont maille à partir avec la justice. Toutefois, pour les procès des pro-Gbagbo qui se déroulent en Côte d'Ivoire, Me Rodrigue Dadjé en est le principal avocat.

Me Rodrigue Dadjé, l'avocat des pro-Gbagbo

Que ce soit Simone Gbagbo, Brunot Dogbo Blé ou tout autre pro-Gbagbo, Me Rodrigue Dadjé répond présent au procès. Ce jeune, mais brillant avocat a décidé de prendre fait et cause pour les cadres de l'ancien régime. Aussi, contre vents et marées, tente-t-il de défendre ses clients avec la même détermination doublée d'une conviction sa pareille. Ainsi qu'il l'indique : « Mes clients sont innocents. Je ne dis pas cela parce que je suis leur avocat, mais j’en ai la conviction. » C'est en vertu de cette profession de foi qu'il défend chacun des dossiers à lui soumis.

Lors des deux procès en Assises de l'ex-première dame Simone Ehivet Gbagbo, Me Dadjé s'est voulu intrépide. Multipliant incidents de procédure et déclarations tonitruantes à la presse pour dénoncer une parodie de justice. Il avait même cité des personnalités du régime Ouattara, dont Guillaume Soro et Jeannot Ahoussou-Kouadio à comparaître comme témoin des faits. Le collège d'avocats qu'il dirigeait avait par ailleurs claqué la porte du tribunal pour protester contre la conduite du procès.

Après une première condamnation à vingt ans de réclusion pour atteinte à la sûreté de l'État, Mme Gbagbo a été acquittée lors du second procès dans lequel elle était poursuivie pour crimes contre l'humanité. Malgré les multiples difficultés rencontrées lors de ces procès, il s'est toujours tenu au bras de sa cliente, Simone Gbagbo.

Me Dadjé et les autres pro-Gbagbo

À 43 ans révolus, l'avocat ivoirien ne se donne aucune limite dans la défense de ses clients. Alors que Brunot Dogbo Blé était voué aux gémonies par la justice ivoirienne, Me Rodrigue Dadjé s'est rangé de son côté. Lors de tous les procès dans lesquels l'ex-Commandant de la Garde républicaine était accusé, l'avocat était encore là. Que ce soit Hubert Oulaye, Assoa Adou, Sébastien Dano Djédjé, Justin Koua, Nestor Dahi, Michel Gbagbo ou bien d'autres proches de l'ex-président Laurent Gbagbo, l'avocat a toujours enfilé sa robe pour leur éviter des condamnations.

Cependant, il accepte sa modeste condition dans son bureau sombre et modeste du Plateau, quartier administratif d'Abidjan. N'empêche qu'il accepte de défendre des clients dont les comptes sont pour la plupart gelés. Mais il ne saurait démordre dans son engagement. Car, comme il le déclare si bien : « L’argent n’est pas mon moteur. Je ne marche pas au plus offrant. Mais il est vrai que, si j’avais accepté toutes les valises qu’on m’a proposées, je serais riche depuis longtemps! »

Classé parmi les plus doués du barreau ivoirien, comme le confessent ses confrères, Me Rodrigue Dadjé est un avocat hors du commun. De par les dossiers qu'il défend, certains observateurs lui ont collé le sobriquet d'"avocat des causes perdues". Et pourtant il arrache de grandes victoires dans les procès dans lesquels il est engagé. Chrétien évangélique, la prière qu'il ne cesse d'adresser à Dieu est de lui accorder la sagesse du roi Salomon afin de supplanter ses adversaires lors des audiences, et ça marche.

Avec l'acquittement de sa cliente dans le procès pour "crimes de guerre, crimes contre l'humanité", le plus lourd chef d'accusation de la juridiction ivoirienne, il a fait son entrée dans l'histoire de son pays.

Pensez-vous de Me Rodrigue Dadjé ?