Libéria : Processus électoral suspendu, la NEC sommée de s’expliquer

Election au Libéria - Nec : Georges Weah

Ce jeudi 2 novembre, la Cour suprême devait entendre la NEC, la commission électorale sur le rejet du recours introduit par le Parti de la liberté, du candidat Charles Brumskine. L’audience vient d’être reportée à demain vendredi.

La Cour suprême reporte à demain l’audition de la NEC

La NEC, la commission électorale libérienne aura jusqu’à demain vendredi 3 novembre pour justifier le rejet du recours du candidat Charles Brumskinesur les allégations d'irrégularités lors du premier tour de l'élection présidentielle du 10 octobre.

Ainsi en a décidé la Cour suprême après le report de l’audience prévu ce jeudi 2 novembre. Alors que le pays est à moins d’une semaine du second tour de la présidentielle qui doit opposer le vice-président sortant Joseph Boakai et l’ancienne gloire de football Georges Weah, le Liberia semble être dans une impasse. Cela se justifie d’autant plus que la Cour suprême vient d’autoriser l’arrêt du processus électoral avant de statuer sur ce problème.

Le parti au pouvoir du candidat Joseph Boakay et un autre parti se sont joints dimanche au parti de la liberté pour évoquer " des fraudes massives et systématiques" et une ingérence de la présidente sortante Ellen Johnson Sirleaf. Mercredi le président de l’Union africaineAlpha Condé et celui de la CEDEAO, Faure Gnassingbé ont rencontré dans la capitale Monrovia les deux candidats du second tour.

Georges Weah appelle au calme

Un appel au calme a été lancé par les deux chefs d’État pour un retour à la normale de la situation. Georges Weah, qui avait demandé à ses partisans de ne pas se laisser distraire par ses adversaires, en appelant tous les électeurs à se rendre aux urnes le 7 novembre, a finalement lancé un appel au calme. "Je vous demande à tous de rester calmes. Nous avons rencontré les dirigeants de l'Union africaine et de la CEDEAO et je peux vous assurer que tout va bien ».

Toutefois, il reste à la Cour suprême de statuer sur la question des irrégularités après l’audience de la NEC. Invalidera-t-elle le scrutin du 10 octobre? Pas si sûr, selon plusieurs observateurs, mais un report du second tour se précise de plus en plus.