Burkina Faso : Des jihadistes mis en déroute dans la province du Soum

Dans la province du Soum des jihadistes ont été mis déroute par l'armée regulière
Par Julien D
Publié le 10 novembre 2017 à 14:23 | mis à jour le 10 novembre 2017 à 14:23

Au nord du Burkina Faso, dans la province du Soum, l’insécurité continue d’être monnaie courante. Les jihadistes continuent de défier les Forces armées burkinabè et de semer la mort.

La province du Soum, théâtre de nouvelles violences

À Ariel, dans la province du Soum, plusieurs jihadistes ont été mis en déroute après avoir lancé une attaque contre une patrouille de l’armée régulière. L’attaque qui a duré près de deux heures a permis aux forces loyalistes de tuer plus d’une dizaine d’assaillants. L’information relayée par une source proche de l’État major confirme aussi la saisie de plusieurs armes. Ce jeudi, les militaires burkinabè qui ont essuyé plusieurs revers dans la zone de Nassoumbou ont donc pris le dessus sur des groupuscules de jihadistes qui écument cette province du septentrion burkinabè.

Une riposte efficace qui doit être saluée, selon certaines sources proches du dossier. La lutte contre le terrorisme est l’un des combats chers au président Roch Marc Christian Kaboré. Mi-octobre, Oumarou Sadou, Chef d’état-major général des armées du Faso réceptionnait des armes devant servir à équiper un bataillon de l’armée dans le Nord du pays qui lutte contre les terroristes. Près d’un mois plus tard les résultats ne se sont véritablement pas faits attendre, car la riposte est de taille.


De quoi à donner plus d’envie au président de la République équiper davantage les forces de défense et de sécurité du pays des hommes intègres. Selon plusieurs observateurs, c’est le dénuement des militaires burkinabè qui a permis aux terroristes de gagner du terrain et régner en maitres dans cette région frontalière du Mali. Si les moyens humains et logistiques sont présents, la lutte sera plus efficace.