Côte d'Ivoire : Conflit à l'ouest, "Désarmez les Dozos" dixit le CEMA

Le CEMA s'active contre les Dozos à l'ouest
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 16 novembre 2017 à 12:50 | mis à jour le 16 novembre 2017 à 12:50

Le conflit foncier opposant les Guérés aux Baoulés dans l'Ouest ivoirien ne cesse de prendre de l'ampleur. Le CEMA a donc ordonné le désarmement des Dozos et autre groupe armé.

Le CEMA s'active contre les Dozos à l'ouest

Comme nous l'indiquions en début de semaine, les Dozos (chasseurs traditionnels originaires du Nord ivoirien) se sont mêlés au conflit foncier opposant Guérés et Baoulés à l'ouest. Ces deux communautés ivoiriennes se disputent, en effet, 9000 hectares de cacao plantés par le redoutable chef de guerre Salam Yaméogo de la communauté burkinabè dans la forêt classée de Goin Débé. Ce dernier a été mis aux arrêts fin 2014 pour sa responsabilité présumée lors de la crise postélectorale. Ainsi, les affrontements entre les autochtones et les allogènes ont fait une dizaine de morts, une trentaine de blessés, d'importants dégâts matériels et près d'un millier de déplacés.

Ainsi, plusieurs missions gouvernementales ont-elles été dépêchées à l'ouest pour apaiser les tensions. Mais la crise ne fait que s'enliser au fil des jours. Les éléments des Forces armées de Côte d'Ivoire (FACI) déployées n'ont, jusque-là, pu contenir les belligérants. Aussi, le général Sekou Touré, chef d’État-major de l’armée, le général Nicolas Kouassi Kouakou, commandement supérieur de la gendarmerie, et le commissaire divisionnaire Youssouf Kouyaté, directeur général de la police nationale se sont rendus à Guiglo et à Bloléquin pour ramener le calme à assurer la sécurité des personnes et des biens.

Cependant, le CEMA a décelé un autre danger sur le terrain, à savoir la présence des Dozos. Le patron de l'armée ivoirienne a donc tiré sur la sonnette d'alarme en donnant cet ordre formel à ses hommes : « Désarmez tous ceux qui sont en forêt, surtout les Dozos. » Cette instruction formelle du général Sékou Touré présage d'un véritable danger à l'ouest.

Pourquoi insiste-t-il tant sur le désarmement de ces chasseurs traditionnels originaires du nord de la Côte d'Ivoire ? Ces derniers seraient-ils au coeur d'un crime à grande échelle dans ce conflit foncier qui oppose les Guérés (ouest) aux Baoulés (centre) ?


Notons que plusieurs ONG avaient épinglé ces Dozos dans les tueries massives des Wê à Nahibly (Duekoué) lors de la crise postélectorale.




Articles les plus lus