Côte d'Ivoire : Bédié s'apprête-t-il pour un nouvel appel de Daoukro ?

Henri Konan Bédié et Maurice Kakou Guikahué, la haute hiérarchie du PDCI.
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 20 novembre 2017 à 13:52 | mis à jour le 20 novembre 2017 à 13:53

Les mots d'ordre d'Henri Konan Bédié ont vraisemblablement leur pesant d'or en Côte d'Ivoire. C'est du moins ce qui transparait dans les propos de M. Guikahué qui appelle à écouter son patron.

Quand Bédié suspend les Ivoiriens à ses lèvres

Au second tour de la présidentielle de 2010, Henri Konan Bédié avait demandé à ses militants d'accorder leur suffrage à Alassane Ouattara. Mieux, en septembre 2014, le président du Parti démocratique de Côte d'Ivoire (PDCI) lançait l'appel de Daoukro, invitant ses partisans et autres Ivoiriens à accorder leurs suffrages au président Ouattara pour sa réélection à la présidence de la République. Cependant, l'ex-président ivoirien espérait un retour de l'ascenseur en faveur d'un militant actif du PDCI pour la présidentielle de 2020.

Mais à mesure que cette échéance approche, des dissensions s'observent au sein du Rassemblement des Houphouétistes pour la démocratie et la paix (RHDP, coalition eu pouvoir). Certains cadres du RDR, dont Cissé Bacongo, semblent s'opposer à une alternance en faveur de l'allié PDCI. Toutefois, Alassane Ouattara et Henri Konan Bédié s'activent pour aboutir au parti unifié avant la prochaine présidentielle.

N'empêche que les cadres du vieux parti veulent se mettre à l'abri de toute surprise désagréable. Lors d'une cérémonie d'hommage au président Ouattara à Adzopé, ce week-end, Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du PDCI, a lancé cet appel à l'endroit des militants et sympathisants : « En 2014, il (M. Bédié) a lancé un appel, vous l'avez écouté. Il vous remercie et demande de rester à l'écoute. Chaque fois qu'il parlera, il faut l'écouter et la Côte d'Ivoire sera en paix. »

À quoi devraient s'attendre les Ivoiriens pour cet autre appel de Bédié auquel fait allusion le Pr Guikahué ? Serait-ce un appel de Daoukro pour accorder un troisième mandat au président Alassane Ouattara ? Ou plutôt en faveur d'une candidature du PDCI ? Quoi qu'il en soit, les différents états-majors des potentiels candidats ne cessent de s'activer pour être en pôle position à l'orée de 2020. À moins de trois ans de cette date, beaucoup d'eau pourrait couler sous le pont.



Articles les plus lus