Côte d'Ivoire : Nomination dans le bureau du RDR, Soro aurait refusé

Alassane Ouattara et Guillaume Soro, divorce consommé ?
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 22 novembre 2017 à 09:51 | mis à jour le 22 novembre 2017 à 09:51

Guillaume Soro aurait refusé d'intégrer le nouveau bureau du RDR mis en place ce lundi par la présidente Henriette Dagri Diabaté. Le poste de vice-président chargé de la région du Tchologo pourrait donc rester vacant.

Guillaume Soro et le RDR, divorce consommé ?

À la suite de la rencontre du 3 novembre dernier, les relations semblaient revenir au beau fixe entre Alassane Ouattara et Guillaume Soro. En témoignent les SMS de courtoisie que ces deux personnalités se sont envoyés. Lors de la cérémonie d'ouverture du SARA 2017, le président de la République et le président de l'Assemblée nationale étaient côte à côte, affichant une complicité retrouvée. La récente liste des membres du nouveau bureau du Rassemblement des républicains (RDR) publiée lundi dernier était, aux yeux de plusieurs observateurs, l'indice d'une accalmie retrouvée au sein du parti présidentiel.

Que nenni! Guillaume Kigbafori Soro aurait refusé d'intégrer ce bureau du RDR en qualité de vice-président chargé de la région du Tchologo. Les démarches de Kandia Camara (secrétaire générale), d'Henriette Dagri Diabaté (présidente), des chefs religieux, et de Téné Birahima Ouattara (frère cadet du président Ouattara) ont toutes buté sur l'intransigeance du PAN.

Ce dernier refusant de se contenter d'un "menu fretin" le confinant dans une modeste région, et pourtant, il revendique une stature nationale. Il n'aurait donc pas apprécié le fait que son nom figure dans cette liste publiée par son ancienne colistière aux législatives de 2000 dans la commune de Port-Bouët, revèlent des sources bien introduites.

C'est à juste titre que ses lieutenants et autres compagnons lui lancent l'appel incessant de prononcer officiellement sa rupture avec le camp présidentiel et prendre son destin en main. La présidentielle de 2020 qui approche à grands pas pourrait donc être le terrain de jeu favorable pour l'ex-leader syndical qui entend proposer aux Ivoiriens une nouvelle ligne politique basée sur le pardon et la réconciliation, après les affres d'une rébellion dont il continue de revendiquer la paternité.

Qu'adviendra-t-il donc de la GSK Team après cette volte-face de leur champion ? Le président Ouattara ne contribuera-t-il pas à les réduire à leur simple expression pour garder la main pour s'assurer un successeur de son choix ? A moins que ce dernier veuille faire un mandat supplémentaire. Rien n'est véritablement certain, d'autant plus que Guillaume Soro et ses compagnons ne cessent de s'activer pour occuper le terrain.



Articles les plus lus