Burkina Faso : Affaire Norbert Zongo, François Compaoré informé de la tenue de la première audience

François Compaoré - Norbert Zongo - Burkina Faso

Le ministère burkinabè de la Justice a fait savoir mercredi que François Compaoré, frère cadet de l'ancien président du Burkina Faso, poursuivi pour son présumé rôle dans l’assassinat du journaliste Norbert Zongo, a été informé de la tenue de la première audience dans le cadre de la procédure d’extradition formulée par son pays, le 13 décembre, dans une note.

François Compaoré, son avenir se joue le 13 décembre prochain

"La Cour d’appel a informé M. Compaoré que la première audience, dans le cadre de cette procédure (d’extradition) est prévue le 13 décembre, à 14h00, devant la chambre du contrôle de l’instruction de la Cour d’appel de Paris".

Le 29 octobre, le frère cadet de l’ex-président burkinabè, M. Blaise Compaoré, chassé du pouvoir fin 2014 par une insurrection populaire, a été interpellé à l’aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle à Paris, à sa descente d’avion en provenance de la Côte d’Ivoire, avant d’être relâché le lendemain.

Il est sous le coup d’un mandat d’arrêt international depuis mai pour "incitation à assassinat" dans le cadre de l'enquête sur l’assassinat du journaliste d’investigation, Norbert Zongo.

"Dans le cadre de l’instruction de cette demande d’extradition, François Compaoré a été reçu le 04 décembre au parquet général près la Cour d’appel de Paris qui lui a notifié la demande d’extradition du Burkina Faso", poursuit la note.

Emmanuel Macron favorable à l'extradition de François Compaoré

Cette annonce intervient une semaine après la visite du président français, Emmanuel Macron qui a promis « tout faire pour faciliter la demande d’extradition", de M. Compaoré, lors de sa visite au Burkina.

Selon le communiqué, la Cour d’appel de Paris devrait "procéder à son tour à la notification de la demande du Faso avant de renvoyer le dossier pour être débattu au fond, à une date qu’elle indiquera aux parties".

Directeur de l'hebdomadaire "L'Indépendant", Norbert Zongo a perdu la vie en 1998 alors qu’il enquêtait sur la mort de David Ouédraogo, chauffeur du frère cadet de l’ex-président burkinabè.

Après un non-lieu en 2006 dans cette affaire, la justice burkinabè a rouverte le dossier et lancé un mandat d'arrêt international début mai 2017 contre François Compaoré.

Dialogue suspendu, les deux camps ne s’accordent pas

Dialogue suspendu, les deux camps ne s’accordent pas

10:37

La crise au Togo est visiblement loin de son épilogue. Le dialogue politique entamé entre pouvoir […]

10:26
Elections sénatoriales, les candidats pas pressés de s'inscrire

Elections sénatoriales, les candidats pas pressés de s'inscrire

C'est à un véritable désert que l'on a assisté ce vendredi, premier jour de dépôt des […]

19:59
Idriss Déby offre la grâce présidentielle à 295 prisonniers

Idriss Déby offre la grâce présidentielle à 295 prisonniers

Au Tchad, le président Idriss Déby a usé du pouvoir que lui confère la Constitution pour gracier […]

19:47
5 réfugiés congolais tués par la police rwandaise dans un camp

5 réfugiés congolais tués par la police rwandaise dans un camp

Ce vendredi, la police rwandaise a annoncé la mort de 5 réfugiés congolais lors d'une […]

17:11
Le G5 Sahel obtient 414 M€ à la conférence de Bruxelles

Le G5 Sahel obtient 414 M€ à la conférence de Bruxelles

Mission accomplie ! La force conjointe du G5 Sahel vient d’atteindre son objectif budgétaire. Le […]

+